/finance/opinion/columnists
Navigation

La diversité pour se distinguer

Lise Déziel
Photo Chantal Poirier Lise Déziel, fondatrice et présidente de Cordé Électrique. Cette entreprise des Cantons-de-l’Est se démarque en matière de gestion de la diversité culturelle et d’intégration des personnes immigrées.

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise de l’Estrie, installée à Maricourt (englobée dans Valcourt), à peine 300 habitants, a remporté en 2021 le Prix Maurice-Pollack, remis par la Fédération des chambres de commerce du Québec pour souligner des actions exceptionnelles en gestion de la diversité ethnoculturelle. 

• À lire aussi: Elle sensibilise à l’itinérance grâce à Tiktok

Pourtant, sa présidente n’avait pas envie de participer au concours ; elle n’a pas l’impression d’être exceptionnelle. Elle se considère surtout comme chanceuse que des gens choisissent le Québec comme terre d’accueil et Cordé Électrique comme milieu de travail.

« C’est nous qui avons besoin d’eux, pas le contraire. On ne fait pas quelque chose pour eux : on a besoin que des gens aient le goût de nous choisir », dit Lise Déziel.

C’est l’organisme Actions interculturelles à Sherbrooke qui a convaincu l’entrepreneure de soumettre sa candidature au prix. Il faut bien voir autre chose que des employeurs abuseurs d’immigrants. 

Faire preuve de souplesse

Lise a fondé son entreprise de fabrication de harnais électriques en 2010 et embauche aujourd’hui une centaine de personnes. Auparavant, quand elle était employée, il lui fallait un patron compréhensif pour répondre aux besoins de son enfant avec des besoins particuliers. 

Aujourd’hui, elle offre la même compréhension en adaptant les horaires de travail. Elle en compte 28 différents, permettant par exemple qu’un père afghan suive des cours de français le matin.

L’entrepreneure ne veut faire aucune différence entre ses travailleurs d’ici et d’ailleurs. Le respect trône au sommet de ses valeurs. Ça suppose de laisser de côté tout jugement sur des comportements et croyances qui peuvent heurter ses convictions personnelles. 

Quand une problématique survient, elle la passe dans le filtre des valeurs de l’entreprise et ça donne de bonnes décisions. Souvent, il s’agit de communiquer pour se comprendre. Comme cette fois où une femme se sentait harcelée par un collègue. Il se montrait insistant, étant convenu dans sa culture qu’une femme, même intéressée, refuse et qu’un homme persiste dans ses demandes. Il fallait l’éduquer à la culture québécoise : non, c’est non. 

La loyauté en échange

Lise a été accompagnée par Actions interculturelles dans cette situation, mais aussi au début de l’aventure avec des travailleurs immigrants. Elle avait ouvert une deuxième usine à Sherbrooke, imaginant à tort trouver de la main-d’œuvre plus facilement qu’à Maricourt. Il a fallu s’ouvrir à la diversité culturelle et s’éduquer, puis l’organisme lui a recommandé des personnes.

Des efforts pour gérer la diversité, oui il y en a, comme d’illustrer toutes instructions de travail afin d’abolir la barrière des langues. Lise Déziel vous dira que ça vaut le coût. Ses employés venus d’ailleurs lui offrent loyauté et rendement. 

Forcée de refuser des clients

Elle commence des démarches pour recruter à l’étranger une main-d’œuvre introuvable ici. 

Depuis deux ans, elle refuse des clients. Elle aurait des contrats pour occuper 50 assembleurs de plus. 

Elle a écrit au premier ministre François Legault en 2018 pour qu’il augmente les quotas d’immigration et elle se désole de la persistance du refus. Oui, dans un monde idéal, on sortirait les gens de l’aide sociale et ils s’intégreraient dans le monde du travail. 

« Mais si le système a échoué avec eux, est-ce le rôle des employeurs de les sauver ? se demande-t-elle. Ça prend plus qu’un entrepreneur qui a besoin de main-d’œuvre pour aider ces personnes-là. Moi, je ne suis pas outillée pour ça. »

C’est dit par une femme au cœur grand ouvert. Mais une femme qui doit diriger une entreprise rentable. Pas un organisme de réinsertion sociale.

Cordé Électrique  

Fondatrice : Lise Déziel

Lieu du siège social : Maricourt (Estrie)

Secteur d’activité : Manufacturier

Nombre d’employés : 100


Profil de Lise Déziel  

  • Poste : Propriétaire fondatrice  
  • Âge : 52 ans  
  • Scolarité : Technicienne en diététique   

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.