/news/society
Navigation

Le cannabis légal représente maintenant plus de la moitié des ventes

Le cannabis légal représente maintenant plus de la moitié des ventes
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié (53%) des consommateurs de cannabis au pays ont déclaré qu'ils s'approvisionnaient principalement d’un point de vente légal en 2021, une augmentation de 12% par rapport à l’année dernière.

• À lire aussi: Un Italien donne de la cocaïne à son enfant au lieu d’un laxatif

Ces chiffres issus de la plus récente Enquête canadienne sur le cannabis confirment une tendance lourde qui s’est amorcée par la légalisation de la substance, en octobre 2018 – tendance qu’a pu constater la Société québécoise du cannabis (SQDC).

En 2021, la société d’État a enregistré un bénéfice net global de 66,5 M$, soit plus du double que l’année précédente, a-t-elle dévoilé dans son rapport annuel publié en novembre.

Dans celui-ci, la présidente du conseil d’administration, Johanne Brunet, qualifie le taux de conversion de 53% du marché illicite de «jalon symbolique».

Dans l’Enquête de Santé Canada de 2019, 29% des répondants au grand sondage annuel avaient déclaré que leur source d’approvisionnement habituelle était légale. L’année suivante, ce chiffre grimpait à 41%, avant d’en arriver au sommet actuel.

Les chiffres semblent confirmer une thèse qui était véhiculée en faveur de la légalisation du cannabis, voulant que la légalisation réduise la mainmise du crime organisé sur la circulation de ce produit dans l’économie.

L’impact COVID-19

L’Enquête de Santé Canada, effectuée auprès de plus de 10 000 répondants entre avril et juin 2021, a aussi fait ressortir certains impacts sur la consommation de cannabis liés à la COVID-19 et à ses restrictions.

Chez les consommateurs de cannabis, tous âges confondus, 29% ont déclaré qu'ils ont consommé plus de cannabis que l’an dernier, alors que 22% ont souligné qu'ils en ont moins consommé.

«La variation de la quantité de cannabis consommée en raison de la COVID-19 semble toucher principalement les groupes d’âge les plus jeunes», fait-on savoir: chez les répondants âgés de 16 à 19 ans, 46% ont dit consommer plus, contre 40% des personnes de 20 à 24 ans.

L’augmentation de la consommation trouve son explication dans une multitude de facteurs, peu importe l’âge, dont l’ennui (62% des répondants), le stress (60%), l’anxiété (55%), l’absence d’horaire régulier (41%) et la solitude (37%).

Moins de conducteurs gelés

Depuis 2018, le nombre de conducteurs qui se permettent de conduire avec les facultés affaiblies par le cannabis s’est considérablement amoindri.

À l’époque, 33% des hommes qui consommaient du cannabis avaient déclaré qu'ils avaient pris le volant après consommation. Trois ans plus tard, le chiffre est passé à 20%. Chez les femmes, il est passé de 18% à 11%.

Cela pourrait être le résultat des nombreuses campagnes de sensibilisation qui ont eu lieu dans tout le pays.

Celles-ci ont pu avoir un impact, car, entre 2018 et 2021, les consommateurs qui croyaient que le cannabis pouvait jouer sur la conduite sont passés de 61% à 78%. Dans la population générale, ce chiffre est de 83%.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.