/misc
Navigation

Denys Arcand salue Jean-Marc Vallée

gingras
Photo d'archives Denys Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Ce si bel homme, ce grand talent, que pleurent les Reese Whiterspoon, Laura Dern, Jared Leto et Matthew McConaughey à Hollywood, c’est un des nôtres. Chacune des réalisations de cet enfant du pays ayant conquis l’Eldorado nous comblait de fierté. 

On le croisait parfois dans une rue du Plateau-Mont-Royal... Je le voyais à ma fruiterie et restait bouche bée.

Que lui dire qui ne fasse pas groupie ou carrément bébête ? Je restais plantée là, souriante, sous le charme... Il ne reviendra plus à Montréal.

En état de stupeur devant l’annonce de son décès, tous les gens du cinéma et du milieu culturel québécois se sont empressés de lui rendre hommage dans les médias et sur les réseaux sociaux. 

Puis le 28 décembre, on lit sur le fil twitter : Et Denys Arcand ? Pas de message de Denys Arcand nulle part... Comment se fait-il que l’un des doyens du cinéma québécois soit demeuré silencieux ?

Jean-Marc Vallée
Photo d'archives
Jean-Marc Vallée

Message

Son épouse Denise Robert, à laquelle je faisais part de l’étonnement du milieu culturel, m’a remis ce matin (hier) ce texte que je vous transmets :

« Jean-Marc était un homme chaleureux mais discret, et finalement, je pense, assez solitaire.

Il a connu, hélas, une mort qui lui ressemblait. Il était extraordinairement aimé par ses comédiens.

Ils le révéraient. C’était probablement sa plus grande qualité professionnelle. Il va nous manquer à tous. »

Denys Arcand

On ne lit pas Denys Arcand sur les réseaux sociaux. La société et ses vicissitudes, il les commente à travers ses films. Toute l’œuvre du réalisateur et metteur en scène qui a célébré ses 80 ans le 25 juin dernier, porte en elle une réflexion sur notre finalité. L’homme plutôt méditatif, le regard tourné vers l’intérieur ne s’épanche pas sur ses états d’âme, il traduit ceux des autres.

De quoi réfléchir

La disparition prématurée de Jean-Marc Vallée nous fait réfléchir, tous autant que nous sommes. 

Plusieurs cinéastes y voient le poids de la pression que ce métier exerce sur les épaules.

La direction d’un plateau de tournage comporte de lourdes responsabilités, chaque décision implique des risques et d’importantes sommes d’argent. Un travail passionnant certes, mais qui a tôt fait de vous consumer.

Le cœur subit le rythme effréné, du stress, des angoisses, des joies immenses du succès, ou des profondes déceptions. Le cœur... Tout ce cœur, qu’il aura mis à l’ouvrage.

Jean-Marc Vallée semblait tellement dans l’urgence de vivre et de créer. Son âme se savait-elle si pressée d’accomplir que du haut de son étoile, elle nous dit : Amis, Vivez ! Le temps file.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.