/news/currentevents
Navigation

Que nous réserve 2022: les causes judiciaires qui vont faire du bruit

Coup d'oeil sur cet article

L’année qui s’en vient sera occupée dans l’univers judiciaire avec le premier procès pour les féminicides de 2021, des meurtres qui ont marqué la nation, des crimes odieux, et des figures connues du public qui se présenteront au banc des accusés. 

• Dossier: Que nous réserve 2022?

Benjamin Soudin  

Photo tirée de Facebook

L’homme accusé d’avoir tué à coups de hache son ex-conjointe et la mère de celle-ci devrait subir son procès dès janvier, pour meurtres non prémédités.

Ce drame se serait déroulé le 1er mars quand Benjamin Soudin se serait présenté au domicile de son ex, à Sainte-Sophie, et aurait commis l’irréparable. Soudin, 33 ans, aurait pris la fuite peu après le drame, pour ensuite être impliqué dans une collision avec un autre véhicule.

Myriam Dallaire, 28 ans, et Sylvie Bisson, 60 ans, sont les 4e et 5e victimes de féminicides survenus en 2021 au Québec. 

Alexandre Bissonnette  

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

 

Le 29 janvier 2017, le nom d’Alexandre Bissonnette a fait frémir d’horreur une communauté entière qui a vu six de ses membres être tués et huit autres être blessés sous les balles du tueur de la mosquée.

Depuis, son nom a refait surface de façon ponctuelle dans l’actualité. Au printemps, la Cour suprême du Canada a annoncé qu’elle allait entendre le cas de Bissonnette et elle devra trancher si l’article du Code criminel, qui permet au juge d’additionner les peines de 25 ans pour chaque meurtre au premier degré avant l’admissibilité à la libération conditionnelle est légal. La cause sera entendue à Ottawa le 24 mars 2022.

  • Écoutez la revue des plus importants procès de 2022 par l’ex-juge Nicole Gibeault sur QUB radio

Justice pour un skieur  

Nicolas Saillant

En février, le chauffard François Levasseur sera de retour en Cour pour entendre les observations sur la peine dans son dossier puisqu’il a plaidé coupable, à la fin du mois d’octobre, d’avoir causé la mort de Philippe Verreault, alors qu’il se trouvait au volant de sa voiture et qu’il avait les capacités affaiblies par l’alcool.

Le décès du jeune skieur, survenu le jour de son 26e anniversaire, sur la 1re avenue à Stoneham, en juillet 2020, avait ébranlé la communauté et une pétition regroupant plus de 7000 internautes demandant de renommer une piste de la station de ski en mémoire du jeune homme avait circulé.  

Un pasteur dans l’eau chaude  

Photo d’archives

C’est en 2022 que la saga du pasteur Claude Guillot, accusé d’avoir commis des sévices physiques et psychologiques sur six anciens élèves entre les années 1983 et 2014 à Québec et Victoriaville pourrait connaître son dénouement.

C’est d’ailleurs en février que le juge de la Cour du Québec qui a entendu le procès, échelonné sur près de trois ans et scindé à de multiples occasions, devrait faire connaître son jugement.

En tout, l’homme d’Église, arrêté par les enquêteurs du Service de police de la Ville de Québec en décembre 2015, fait face à 22 chefs d’accusation, dont voies de fait, séquestration, voies de fait causant des lésions, harcèlement, voies de fait armées et entrave à la justice.  

Michaël Chicoine  

Photo tirée de Facebook

Accusé d’avoir tué ses deux enfants en octobre 2020 à Wendake, Michaël Chicoine sera fixé sur la date de son procès en février. 

Le soir du drame, Chicoine, un infirmier auxiliaire, aurait tué Olivier, 5 ans, et Alex, 2 ans, avant de se rendre lui-même aux autorités. Les corps inanimés avaient été retrouvés quelques heures plus tard dans un domicile de Wendake. Ce drame avait ébranlé cette communauté autochtone située dans la région de Québec.

André Boisclair  

Photo d’archives, Agence QMI

Le procès de l’ex-politicien sera fixé dès janvier et devrait se tenir cette année. Le plaignant devra alors raconter les détails d’une violente agression sexuelle armée qui serait survenue en janvier 2014, soit quelques mois après la fin du mandat d’André Boisclair comme délégué général du Québec à New York. Boisclair risque un maximum de 14 ans d’incarcération s’il est déclaré coupable.

François Sénécal  

Photo tirée de Facebook

Le meurtrier allégué d’Océane Boyer sera de retour à la cour en janvier, afin de fixer la date de son procès qui devrait se tenir dans l’année. 

François Sénécal, 53 ans, aurait commis son crime en février 2020. Il aurait battu à mort sa victime de 13 ans. Le corps de l’adolescente a été découvert en bordure d’une route de la petite municipalité de Brownsburg--Chatham, dans les Laurentides. 

Sénécal, qui était à l’époque un ami de longue date de la famille, a été arrêté peu après. 

Une ordonnance de non-publication, émise lors de l’enquête, interdit de rapporter à ce stade-ci les détails de l’affaire.

Lors des funérailles, le prêtre Robert Lemire avait souligné les qualités de la jeune Océane en soulignant « sa capacité d’aimer et de rire » et comment elle avait illuminé sa communauté.

Luc Wiseman  

Photos d’archives

L’enquête préliminaire du renommé producteur québécois attirera tous les regards durant l’été. 

C’est que l’arrestation de Luc Wiseman pour des crimes sexuels avait causé une onde de choc dans l’univers du showbiz québécois. 

L’homme de 66 ans derrière Un gars une fille, et qui coproduisait entre autres l’émission Tout le monde en parle, est accusé d’agression sexuelle sur une mineure, d’incitation à des contacts sexuels, ainsi que de production et de possession de pornographie juvénile. Les crimes seraient survenus de novembre 2018 à avril dernier, à Montréal et à Duhamel, en Outaouais.

La plaignante ainsi qu’une autre mineure devraient témoigner en juillet lors des audiences, qui devraient durer deux jours. Des mesures de protection seront mises en place pour assurer leur sécurité.

Frédérick Silva  

Photo courtoisie

Le sort du présumé tueur à gages Frédérick Silva sera remis entre les mains d’un jury composé de 12 citoyens en mai 2022, pour le meurtre de Daniel Armando Somoza-Gildea, commis à la sortie d’un bar du centre-ville de Montréal en 2017.

Silva, 41 ans, avait été arrêté en 2019 à la suite d’un mandat d’arrestation lancé par la Gendarmerie royale du Canada. Pendant la longue traque policière, il figurait parmi les criminels les plus recherchés du pays.

20 jours de Farfadaas  

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Ce groupuscule contre les mesures sanitaires testera la capacité du système judiciaire à s’adapter à des gens qui croient que la Couronne n’a pas la légitimité de porter des accusations, et qui sont convaincus qu’ils étaient en droit de bloquer le tunnel Louis-Hippolyte--La Fontaine--- en mars.

Arborant fièrement ses écussons au nom de marques de bières sur sa veste en cuir, Mario Roy et ses comparses monopoliseront un juge pendant 20 jours, à partir d’octobre, pour tenter d’imposer leurs demandes, notamment pour empêcher que leurs propres vidéos soient utilisées contre eux.

Ils exigent également que les citoyens soient sortis de leur quotidien pour agir comme jurés dans leur cause.

Harold Lebel  

Photo d'archives

C’est vraisemblablement au printemps que devrait se dérouler, du côté de Rimouski, le procès du député Harold Lebel qui est accusé d’agression sexuelle pour des événements qui auraient eu lieu en 2017.

Avec ses avocats, l’homme a fait le choix d’être jugé par 12 de ses pairs et son procès devrait s’échelonner sur une douzaine de jours.

C’est en décembre 2020 que l’ancien député péquiste, aujourd’hui indépendant, a été arrêté par la Sûreté du Québec puis relâché sous promesse de comparaître.  

Coupable d’avoir décimé une famille  

Photo tirée de Facebook

À la rentrée des classes, une famille entière a été décimée lorsque le chauffard Éric Légaré a fait le choix de prendre le volant de son véhicule après avoir consommé drogue et alcool.

Le jour des événements, Shellie Fletcher-Lemieux, James Fletcher, Emma Lemieux et Jackson Fortin ont perdu la vie.

Après s’être vu refuser sa remise en liberté, l’homme de 43 ans a choisi de plaider coupable, à la mi-décembre, aux nombreuses accusations qui pesaient contre lui.

Devant le juge Jean-Louis Lemay, Me Vincent Montminy a demandé à ce qu’un rapport prédécisionnel soit confectionné pour permettre au tribunal de rendre une sentence juste dans cette triste histoire. C’est donc à la mi-mars que le dossier Légaré reviendra devant la Cour. 

Le « bourreau de Lanaudière »  

Photo d'archives, Martin Alarie

Pendant quatre décennies, Gilles Croze aurait fait subir les pires atrocités à ses victimes. En plus de violer des femmes, le « bourreau de Lanaudière » s’en serait aussi pris à des enfants, notamment en les forçant à manger des excréments ou en tuant leur animal de compagnie.

Il fait face à 77 chefs d’accusation pour des crimes sexuels et violents qui seraient survenus depuis 1976 sur 16 victimes, tant dans Lanaudière que sur la Rive-Sud de Montréal et au Nouveau-Brunswick.

Croze, 67 ans, devait subir son procès en janvier, mais il sera vraisemblablement reporté de quelques mois.

Le père de la « fillette de Granby »  

Photo Jonathan Tremblay

Coupable d’avoir séquestré son enfant de 7 ans, le père de la « fillette de Granby » saura ce que la justice lui réserve le 7 janvier, lors d’une audience qui sera sous les feux des projecteurs.

Cette histoire a causé l’émoi à travers toute la province quand l’enfant de 7 ans avait été retrouvée dans un piètre état en avril 2019. Elle est décédée peu après, causant la consternation générale et menant à plusieurs mesures pour éviter qu’un tel cas se reproduise.

La belle-mère de l’enfant a quant à elle été reconnue coupable de meurtre au deuxième degré, ce qui lui a valu la prison à vie, sans possibilité de libération avant 13 ans. 

Carl Girouard  

Illustration Ygreck

L’auteur allégué de la tuerie du Vieux-Québec pourrait subir son procès à l’automne pour les deux meurtres et les cinq tentatives de meurtre qu’il aurait commis le soir de l’Halloween 2020.

Ce soir-là, Carl Girouard, un résident de Sainte-Thérèse, dans les Basses-Laurentides, se serait déguisé en samouraï. Armé d’un sabre japonais, il se serait lancé dans une marche macabre dans les rues du Vieux-Québec, s’attaquant à des passants choisis au hasard.

Suzanne Clermont, 61 ans, ainsi que François Duchesne, 56 ans, sont décédés lors de cette virée meurtrière. Cinq autres personnes ont été blessées. L’accusé de 25 ans a finalement été arrêté durant la nuit, ce qui a mis fin à ce carnage aussi gratuit qu’insensé. 

Dans cette affaire, la Couronne a déposé un acte d’accusation direct, permettant ainsi aux victimes survivantes et aux témoins de ne pas avoir à raconter plusieurs fois le drame qu’ils ont vécu.

Girouard est depuis détenu de manière préventive.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.