/news/society
Navigation

Réduire le gaspillage alimentaire, bon pour le portefeuille et la planète

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les experts s’attendent à ce que la hausse du prix du panier d’épicerie continue en 2022, un organisme propose une série de défis pour faire réduire le gaspillage alimentaire.

• À lire aussi: Marchés d'alimentation: Omicron provoque une fièvre de livraisons

Ainsi, les Québécois pourront réduire leur facture d’épicerie en diminuant la quantité d’aliments qu’ils jettent aux poubelles chaque semaine.

«Pour les ménages, [le gaspillage alimentaire] coûte entre 1000 et 1700$», indique Gabrielle Dessureault, animatrice pour Mange-Gardiens.

Pour aider les gens à diminuer ce type de gaspillage, l’organisme Mange-Gardiens proposera 31 défis tout au long du mois de janvier sur sa page Facebook.

«L’objectif c’était de créer des habitudes chez les gens, de profiter du mois de janvier, le mois des résolutions, pour créer de bonnes habitudes», explique Mme Dessureault.

Plusieurs astuces proposées par Mange-Gardiens touchent au réfrigérateur.

«Par exemple prévoir son épicerie en tenant compte de ce qu’on a dans le frigo. Ensuite, de bien conserver les aliments, de faire une rotation dans notre frigo. Donc, le premier aliment qui rentre est le premier aliment qui sort», mentionne-t-elle.

L’organisation stratégique des aliments est un autre truc pour limiter le gaspillage.

«La porte, c’est un des endroits dans le frigo où il y a le plus de changements de température, donc on évite les aliments qui périment rapidement comme le lait et les œufs», note Gabrielle Dessureault.

Il est également possible de maximiser son épicerie en gardant les retailles de légumes pour en faire un bouillon ou encore en réinventant ses restants.

Si la réduction du gaspillage alimentaire a des bienfaits pour le portefeuille, elle en a pour l'environnement aussi. La nourriture qui se décompose dans les sites d'enfouissement produit du méthane, qui est un gaz à effet de serre.

Pour en jauger l’ampleur, considérons que si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus grand producteur de gaz à effet de serre au monde.

À VOIR AUSSI