/news/society
Navigation

[EN IMAGES] Ancien zoo de Québec: la démolition de la serre commence

Coup d'oeil sur cet article

La démolition de la serre indo-australienne de l’ancien Jardin zoologique de Québec a débuté telle qu'annoncée, malgré une mobilisation citoyenne très importante.

• À lire aussi: Serre indo-australienne: Bruno Marchand invite Catherine Dorion à «bien comprendre le dossier»

«C’est plus qu’une déception, c’est de l’indignation à son comble», laisse tomber Édith Chabot, qui se battait pour la sauvegarde de la serre au sein du mouvement Mères au front, après être allée constater le début des travaux lundi après-midi.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Le dossier a fait couler beaucoup d’encre dans les dernières semaines, car quelque 14 000 personnes ont laissé leur nom sur une pétition réclamant un moratoire.

Des voix s’étaient élevées pour aménager une forêt tropicale et redonner à la serre une vocation communautaire et éducative.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

Celle-ci, construite au début des années 2000 pour 14 M$, est à l’abandon depuis 2006.

«C’est une très grande perte. C’est un bâtiment unique. Il n’y en avait pas beaucoup comme ça en Amérique, au niveau de la hauteur, au niveau de la dimension», a réagi Michel Lagacé, un biologiste à la retraite ayant contribué à la construction de la serre et président de l’organisme Jardin de la Capitale.

Rappel de la saga

Dans cette affaire, le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, qui est propriétaire des lieux depuis juin pour aménager deux écoles à proximité, a maintes fois fait valoir qu’il n’avait ni le mandat ni les ressources pour entretenir l’infrastructure.

Photo Agence QMI, Marcel Tremblay

L’organisation scolaire n’a pas répondu à nos demandes de commentaire lundi soir.

En décembre, plus rien ne semblait pouvoir sauver la serre après que la Ville de Québec, après s’être penchée sur la question, eut renoncé à acquérir et à retaper la serre.

«On ne juge pas que les citoyens de Québec en auraient pour leur argent», avait alors tranché le maire Bruno Marchand, à propos de l’investissement évalué à 7,5 M$.

La députée de Québec solidaire Catherine Dorion, qui militait pour la sauvegarde de la serre, avait alors accusé les ministres Jonatan Julien et Geneviève Guilbault du gouvernement caquiste d’être les «vrais responsables» de cette démolition, tout en déplorant le «manque de combativité» du maire.

À VOIR AUSSI