/news/coronavirus
Navigation

L’armée aide le Québec dans la campagne de vaccination

Coup d'oeil sur cet article

Pour la deuxième fois depuis le début de la pandémie, le gouvernement du Québec recevra l’aide des Forces armées canadiennes. Les militaires, qui avaient été déployés dans les CHSLD la première fois, seront mis à contribution cette fois-ci pour accélérer la campagne de vaccination, en premier lieu dans la région de Montréal. 

• À lire aussi: Attendre des heures à -20 °C pour se faire tester

• À lire aussi: La fin de la COVID-19 avec Omicron? Un espoir à prendre avec des pincettes

«Nous avons effectivement eu la confirmation du fédéral et les travaux de planification se poursuivent en vue d’un déploiement des ressources», a affirmé Louis-Julien Dufresne, attaché de presse de la ministre Geneviève Guilbeault.  

«Ces travaux sont pilotés par le ministère de la Santé et des Services sociaux qui détermine les sites prioritaires avec les Forces armées canadiennes. Le ministère de la Sécurité publique agit en soutien à titre de coordonnateur de l'action gouvernementale en sécurité civile. Nous sommes confiants que le personnel des Forces armées pourra aider nos opérations de vaccination dans les prochains jours», a-t-il ajouté.  

Selon la ministre de la Défense nationale du Canada, Anita Anand, jusqu’à 200 membres des Forces armées pourraient être déployés au Québec. 

«Omicron a causé une hausse importante des cas au Québec et à travers le pays. Ils appuieront la campagne de vaccination en effectuant des tâches de planification, de logistique et de vaccination», a-t-elle communiqué plus tôt par Twitter.  

Pour débuter, les militaires seront déployés seulement dans la région de Montréal.  

«Nos équipes de reconnaissances effectuent une évaluation de la situation actuelle afin d’identifier les besoins spécifiques. Lorsque les reconnaissances seront complétées, nous serons en mesure de déployer le nombre approprié de militaires aux endroits ciblés par la province. Des militaires pourraient recevoir leur séance de familiarisation dès demain. Pour le moment, nous concentrons nos efforts dans la région de Montréal à la demande de la province», a précisé Daniel Minden, attaché de presse de la ministre de la Défense nationale.  

Ce déploiement fait suite à l’approbation de la demande d’assistance du gouvernement du Québec par Sécurité publique Canada le 31 décembre 2021. Les Forces armées canadiennes ont reçu la tâche d’appuyer la campagne de vaccination de la province pour la 3e dose du vaccin contre la COVID-19.  

Les tâches assignées aux Forces armées canadiennes pourraient comprendre l’accueil des personnes aux centres de vaccination, l’orientation des personnes à travers les étapes pour se faire vacciner et le nettoyage et la désinfection des surfaces et des zones. 

«Les Forces armées canadiennes et les autorités civiles provinciales collaborent étroitement comme elles ont collaboré fructueusement par le passé lors des Opérations LENTUS pour les inondations ou plus récemment lors de l’Opération LASER dans les CHSLD», a-t-il ajouté. 

Les maires des régions du Québec où la COVID-19 frappe fort espèrent aussi accueillir du renfort.  

Le maire de Saint-Georges, Claude Morin, qui est en quarantaine à son domicile depuis qu’il a été testé positif, est prêt à prendre toute l’aide qui sera offerte.  

«J’aurais d’abord pensé que l’aide servirait plutôt à soutenir le personnel de l’hôpital qui est débordé, mais les services seraient plutôt orientés vers la vaccination. On va prendre tous les renforts possibles si on veut passer à travers cette crise le plus vite possible», a-t-il commenté. 

Plan d’urgence 

M. Morin, lui-même un ancien militaire, n’a pas chômé, même malade, puisqu’il a parlé avec ses équipes lundi matin pour peaufiner le plan d’urgence afin d’assurer le maintien des services essentiels comme l’aqueduc puisque la Ville est confrontée à des éclosions au sein de son personnel.  

«À moins d’une catastrophe nucléaire, on est blindés», a-t-il assuré.  

Le 21 décembre dernier, le gouvernement de François Legault a demandé l’assistance des Forces armées pour aider à l’effort de vaccination de masse, jugeant que la situation épidémiologique a atteint un seuil critique dans plusieurs régions du Québec. 

«La transmission communautaire est très préoccupante et la présence du variant Omicron entraîne une flambée des cas de COVID-19», avait fait savoir Mme Guilbeault dans la lettre adressée au ministre de la Protection civile Bill Blair. «Nous sollicitons votre soutien pour mener à bien ce déploiement d’envergure», avait-elle ajouté.  

À VOIR AUSSI:     

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.