/misc
Navigation

Vaccination obligatoire ou couvre-feu?

Vaccination obligatoire ou couvre-feu?
Pascal Girard/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault semble avoir choisi de pénaliser la majorité de la population au lieu de la minorité. C’est compréhensible parce que l’atteinte aux droits fondamentaux et aux libertés individuelles est peut-être plus facile à faire passer et frappe moins l’imaginaire en imposant un couvre-feu à tous au lieu de forcer quelqu’un à se faire vacciner. Quand on dit forcer, c’est au sens propre, la loi permet carrément d’amener quelqu’un de force dans un centre de vaccination pour qu’il soit vacciné (de force). 

Selon les statistiques, la moitié des hospitalisations liées à la COVID-19 concernerait les non-vaccinés. Il semblerait qu’environ 10% des adultes ne soient pas vaccinés. D’un autre côté, le nombre fulgurant d’augmentations de cas par jour remplit l’autre 50%.

Hum, que faire? Couvre-feu ou vaccination obligatoire?

On se retrouve ici dans une certaine hiérarchie de privations de droits fondamentaux et de libertés individuelles. Qu’est-ce qui est le pire? Confiner une population à résidence ou forcer quelqu’un à se faire vacciner? L’atteinte à la liberté de mouvement digne d’une mesure en matière criminelle — qui est la prison avec sursis (assignation à résidence) — ou l’atteinte au droit au consentement aux soins?  

Cette dernière est peut-être une mesure qui frappe encore trop l’imaginaire de nos dirigeants et qui les met mal à l’aise malgré le fait qu’il s’agisse d’une option possible selon la loi, puisque c’est le couvre-feu qui a été décrété finalement. Plus facile de pénaliser la majorité; ça semble moins intrusif et dramatique. 

En effet, vous allez peut-être comprendre la décision du gouvernement en lisant les dispositions de la loi ci-dessous, laquelle permet la vaccination obligatoire. Même si le couvre-feu frappe l’imaginaire et reste une mesure d’extrême urgence bafouant les droits et libertés et qui est digne de mesures de guerre. Il n’en reste pas moins que les mesures pour forcer la vaccination ressemblent encore davantage à un film d’horreur où le gouvernement contrôle sa population de force. 

Imaginez les policiers qui entrent dans une résidence pour prendre quelqu’un de force et le faire vacciner... ça passerait mal. Même si c'est possible, il faut quand même que je vous dise que si la vaccination obligatoire était décrétée, on fonctionnerait plus avec des contraventions qu’avec des ordonnances en allant chercher les gens dans leur résidence.

Pour finir, faites-vous votre idée par vous-même, voici ce que dit la loi:

123. Au cours de l’état d’urgence sanitaire, malgré toute disposition contraire, le gouvernement ou le ministre, s’il a été habilité, peut, sans délai et sans formalité, pour protéger la santé de la population: 1° ordonner la vaccination obligatoire de toute la population [...].

126. Si une personne fait défaut de se soumettre à la vaccination [...], tout juge de la Cour du Québec [...] peut lui ordonner de s’y soumettre.

Le juge peut en outre, s’il a des motifs sérieux de croire que cette personne ne s’y soumettra pas et qu’il est d’avis que la protection de la santé publique le justifie, ordonner que cette personne soit conduite à un endroit précis pour y être vaccinée.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.