/finance/business
Navigation

Mesures sanitaires: les restos laissés à eux-mêmes

Ils se battent désespérément pour dénicher du personnel et des tests rapides

Nicolas Filiatrault
Photo Chantal Poirier Chez Benny & Co, on se demande comment l’industrie survivra. « Le prix de nos emballages augmente de 20 % à 40 % et on a un gros volume, imaginez les petits joueurs », illustre Nicolas Filiatrault, que l’on voit ici dans une succursale de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

« Les restaurants ne peuvent pas rester fermés longtemps, sinon on va perdre 40 % de l’industrie. »

• À lire aussi: Voici les criminels les plus imbéciles depuis 12 mois

• À lire aussi: Le couvre-feu, une pilule dure à avaler

• À lire aussi: «On n’en peut plus»: un restaurateur craint une nouvelle fermeture des salles à manger

C’est ce qu’estime Nicolas Filiatrault, vice-président finances et administration chez Benny & Co. La chaîne québécoise de rôtisseries compte 71 restaurants et une « certaine » marge de manœuvre en raison de son importante équipe. 

« On est une soixantaine dans les bureaux. Notre équipe d’approvisionnement est capable de trouver un produit de remplacement assez facilement », illustre le vice-président, qui siège au comité exécutif de l’association Restaurants Canada. 

Car avec la fameuse chaîne d’approvisionnement qui fait des siennes, même le Coca-Cola est en rupture de stock. 

« On travaille d’arrache-pied, mais comment font tous ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une telle équipe ? » demande M. Filiatrault. 

Et ce n’est là qu’un petit exemple. 

Le nœud du problème, bien sûr, est que les salles à manger sont fermées une fois de plus, ce qui complique la vie des restaurateurs. 

« Est-ce qu’ils vont nous fermer avec l’apparition de chaque nouveau variant ? », demande encore le cadre de Benny & Co. 

L’industrie de la restauration « encaisse constamment les coups » depuis bientôt deux ans, dit-il, « sans que les statistiques montrent que les éclosions sont chez nous ». 

Pour la semaine du 5 au 11 décembre 2021, soit les plus récents chiffres de l’Institut national de santé publique du Québec, on comptait 802 cas de COVID-19 en milieu de travail, dont 40 dans le secteur de l’hébergement et de la restauration.  

  • Écoutez La Rencontre Daoust-Martineau avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :

Le gouvernement moins préparé

Benny & Co, qui compte 2100 employés, est une entreprise familiale et privée. 

« On n’est pas Tim Hortons, qui a un financement illimité avec les marchés boursiers, ni McDonald’s, qui a l’oreille du gouvernement », explique M. Filiatrault. 

Avec cette vague de COVID, « le gouvernement semble un peu moins préparé et c’est un peu plus difficile ». 

Il donne l’exemple des tests rapides. Afin de continuer ses activités, la chaîne a fait une demande à Québec, le 11 décembre, pour en obtenir. 

« C’est quasiment impossible, comme pour les citoyens », dit-il. 

Le 24 décembre, il a donc fait aller ses contacts pour en trouver lui-même. 

« On a payé le gros prix, mais au moins ça nous permet d’opérer et de tester notre staff », dit-il.

Car avec la lenteur observée récemment pour l’obtention des résultats de tests PCR dans le réseau public, « on ne pouvait pas se permettre qu’un employé ne soit pas certain s’il a la COVID et reste 10 jours chez lui ». 

Nicolas Filiatrault se réjouit d’ailleurs de la décision de Québec de faire passer la période d’isolement de 10 à cinq jours pour les personnes doublement vaccinées ayant obtenu un test positif à la COVID-19. 

Pour l’instant, Benny & Co compte environ 350 employés en arrêt de travail en raison de la COVID-19.

À VOIR AUSSI... 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.