/news/society
Navigation

SPA de Québec: une famille pour tous les animaux à adopter

En 2021, la SPA a trouvé un nouveau foyer à quelque 2645 bêtes

Packo, un énergique aussiedoodle de sept mois, a été adopté à la SPA de Québec en octobre dernier. Il vit désormais dans le quartier de Limoilou avec sa nouvelle propriétaire, Sylvie Drolet.
Photo Catherine Bouchard Packo, un énergique aussiedoodle de sept mois, a été adopté à la SPA de Québec en octobre dernier. Il vit désormais dans le quartier de Limoilou avec sa nouvelle propriétaire, Sylvie Drolet.

Coup d'oeil sur cet article

La Société protectrice des animaux (SPA) de Québec a bouclé l’année 2021 de façon positive, malgré le contexte pandémique difficile, alors qu’elle a réussi à trouver des familles pour la totalité de ses animaux aptes à l’adoption.

• À lire aussi: Souhaits vétérinaires pour 2022: Que tous les chats gardent leurs griffes

Ce sont 2645 bêtes adoptées, dont 2053 chats et 171 chiens, qui ont trouvé une nouvelle famille, ce qui représente une hausse de près de 10 % par rapport à 2020.

Il s’agit d’une nouvelle réconfortante, en ces temps difficiles, s’enchante Félix Tremblay, directeur général de la SPA de Québec. La pandémie est l’occasion de renouveler notre appréciation pour les animaux de compagnie, à son avis.

Tendances

« Dès les premiers jours du confinement, on a vu les abandons chuter et la demande pour les adoptions exploser. Cette tendance se maintient jusqu’à ce jour. Si on ne peut obtenir qu’un seul réconfort de ces années extrêmement difficiles, ce sera de savoir que nos animaux domestiques sont mieux traités », fait-il valoir.

Une autre des missions importantes de la SPA, soit le micropuçage afin de mieux réunir les animaux égarés avec leur maître, a aussi augmenté. 

En 2021, plus de 2400 bêtes ont reçu une micropuce, contre un peu moins de 2000 en 2020. Finalement, les stérilisations ont aussi connu une augmentation, alors que plus de 2200 animaux errants ou abandonnés ont subi l’intervention, contre un peu moins de 1700 l’année précédente.

Un nouveau défi à 10 M$

La SPA attaque la nouvelle année avec un important objectif, soit celui de faire construire un nouveau refuge animalier « digne de la population de la Capitale-Nationale ».

La SPA de Québec est actuellement logée dans un ancien garage de mécanique lourde qui n’est pas conçu pour un refuge animalier, déplore le directeur général. Des représentations seront prochainement faites auprès de la vingtaine de municipalités desservies par le refuge. 

« Les locaux sont désuets et déficients », explique M. Tremblay. Il précise que certains animaux ont déjà été blessés dans des cages trop petites et qu’une quarantaine peut devenir compliquée, en cas d’une saisie importante.

« On est le parent pauvre, quand on se compare à d’autres services animaliers comparables », fait-il valoir.

Le projet, présenté dans les prochains jours, est évalué à 10 millions $.

Craintes

Malgré le bilan positif d’adoptions, la société craint tout de même que la pandémie ne fasse que retarder et accumuler les abandons massifs.

« Les refuges, comme les hôpitaux, peuvent traiter un flot de patients, mais ne peuvent pas les traiter tous en même temps. Une telle situation aurait des effets catastrophiques », explique M. Tremblay. 

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.