/weekend
Navigation

La chronique des Bridgerton, des années plus tard: retrouvez Daphné, Simon, Éloïse et Violet

Julia Quinn
Photo courtoisie, Roberto Filho Julia Quinn

Coup d'oeil sur cet article

Écrivaine talentueuse et prolifique, l’Américaine Julia Quinn propose aux fans de sa série Bridgerton, adaptée sur Netflix, un saut dans le temps pour retrouver les héros et voir ce que le destin leur a réservé. Le neuvième roman de La chronique des Bridgerton, Des années plus tard, présente à ses lecteurs une fenêtre sur la vie de Daphné, Simon, Éloïse, Violet et plusieurs autres. Et les surprises sont nombreuses !  

Julia Quinn a décidé d’écrire une conclusion à la fameuse Chronique des Bridgerton en dédiant une nouvelle à chaque membre du clan. Le dénouement prend la forme de longs épilogues qui offrent des réponses à certaines questions laissées jusque-là en suspens. 

À chaque membre du clan son histoire. Julia Quinn, habile conteuse, dévoile des secrets. Un événement inattendu surgira dans la vie de Daphné et Simon, vingt ans après leur mariage. Que s’est-il passé lorsque Éloïse a découvert l’identité de Lady Whistledown ? Francesca a-t-elle finalement pu avoir un enfant ? 

Julia Quinn, interviewée depuis son domicile de Seattle, rappelle que la série télé a été renouvelée pour trois saisons supplémentaires sur Netflix. 

« C’est une vraie classe de maître sur l’adaptation d’une série. Ils n’ont pas essayé de l’adapter mot pour mot, mais les personnages sont tels qu’ils sont dans les livres. Ils suivent la courbe des intrigues. J’ai trouvé ça extraordinaire. »

Elle apprécie énormément le travail des acteurs et fait remarquer qu’elle ne peut pas en prendre le crédit, puisqu’elle n’a pas été impliquée dans la distribution. 

« J’adore la série et je suis immensément reconnaissante. Shondra Rhimes a pris mon histoire et en a fait quelque chose de plus grand et de plus inclusif. »

Répondre aux questions

Julia Quinn explique que le neuvième tome est un recueil de seconds épilogues. 

« Chacun des tomes de la série a son propre épilogue, mais lors de la publication originale, j’ai reçu énormément de questions de la part de mes lecteurs. Je leur répondais que je ne le savais pas ! Quand je termine l’écriture d’un livre, je n’y pense plus, à moins qu’ils doivent réapparaître à titre de personnages secondaires dans un autre livre. Donc j’ai décidé d’écrire ces seconds épilogues pour répondre aux questions. J’ai aussi écrit une courte histoire sur le personnage de Violet. »

Maintenant qu’elle a vu la série télé, elle a une autre vision de ses propres personnages. L’écrivaine explique que lorsqu’elle a écrit la série, elle se sentait plus proche de Pénélope, Éloïse et Francesca. 

« Maintenant que je prends de l’âge, j’ai le sentiment de devenir comme Violet. Quand j’ai écrit les romans, j’étais dans la mi-trentaine et maintenant j’ai l’âge de Violet. »

Une tragédie dans sa famille

L’année 2021, riche en succès et en accomplissements, a néanmoins été marquée par une tragédie dans sa famille : son père Steve Cotler et sa sœur, l’illustratrice Violet Charles, sont décédés dans un terrible accident de la route, en Utah.

« Ils ont été tués par un conducteur en état d’ébriété. J’apprends qu’on peut exister dans un monde où on peut avoir beaucoup de joie et beaucoup de peine, au même moment. C’est ça qui s’est passé. Je vis des choses formidables à cause de la série Bridgerton, je les célèbre toutes. Mais en même temps, je vis avec cette immense perte. »

« Bridgerton est une série sur la famille et je viens d’une grande famille où il y a maintenant de grands trous. Je réalise à quel point je suis chanceuse d’avoir cette famille et cet incroyable réseau de soutien au moment où je traverse ce deuil. »  


♦ Julia Quinn a écrit une trentaine de romans, dont une vingtaine sont des best-sellers.

♦ La chronique des Bridgerton a été traduite en 33 langues, lui a valu le prix RITA à trois reprises et a été adaptée sur Netflix.

♦ Un nouveau livre présentant les meilleures citations des personnages vient d’être publié en anglais.

EXTRAIT 

Julia Quinn
Photo courtoisie

« Les mathématiques n’avaient certes jamais été le point fort de Daphné Basset, mais elle était tout de même capable de compter jusqu’à trente. Et comme trente était le nombre maximum de jours que duraient ses cycles menstruels, le total de quarante-trois que lui révélait l’agenda sur son secrétaire lui causait quelque inquiétude.

— C’est impossible, dit-elle à l’agenda, espérant vaguement qu’il lui fournirait une réponse.

Elle s’assit lentement et fouilla dans sa mémoire pour reconstituer les six semaines écoulées. Peut-être s’était-elle trompée dans ses calculs. Elle avait eu ses règles alors qu’elle était chez sa mère, c’est-à-dire les 25 et 26 mars. Ce qui signifiait que... Elle compta de nouveau, cette fois en pointant chaque case de l’agenda de l’index. Quarante-trois jours. »