/news/society
Navigation

Une vie extraterrestre enfin trouvée cette année?

L’équipe de la Québécoise Farah Alibay a réussi le premier vol télécommandé sur une autre planète

Farah Alibay
Photo courtoisie, NASA L’ingénieure en aérospatiale s’est fait teindre les cheveux en référence à Mars, la planète rouge.

Coup d'oeil sur cet article

L’ingénieure en aérospatiale québécoise Farah Alibay espère que les échantillons de sol recueillis sur la planète Mars apporteront en 2022 les preuves d’une vie extraterrestre. 

• À lire aussi: [EN IMAGES] L'hélicoptère Ingenuity a volé sur Mars, annonce la NASA

• À lire aussi: Déjà trois mois sur la planète rouge pour notre Québécoise

• À lire aussi: À la conquête de la planète Mars

« S’il y a eu de la vie sur Mars, c’est en 2022 qu’on va atteindre l’endroit où on a le plus de chances d’en trouver des traces », lance en visioconférence Farah Alibay de son bureau de Los Angeles, aux États-Unis.

L’ingénieure de 33 ans, qui fait partie depuis 2014 de l’équipe d’exploration Jet Propulsion Laboratory de la NASA, montre des photos de « Rochette », un caillou où les premiers échantillons de sol ont été prélevés il y a quelques mois. On n’attend pas de ces morceaux qu’ils révèlent des traces de vie, mais de nouveaux échantillons pourraient le faire. 

Rochette est le nom donné à ce caillou où les premiers échantillons de Mars ont été prélevés (les deux trous dans la roche).
Photo courtoisie, NASA
Rochette est le nom donné à ce caillou où les premiers échantillons de Mars ont été prélevés (les deux trous dans la roche).

Les échantillons martiens devront être amenés sur Terre avant que les scientifiques puissent déterminer si des signes de vie sont présents. Le site visé, appelé Jezero, est un bon candidat pour receler des signes de vie mais il faudra une étude approfondie par les scientifiques du monde pour établir si ces véritablement le cas.

Aux yeux de l’experte, qui a grandi à Joliette avant de déménager aux États-Unis où elle a étudié, l’année 2022 sera déterminante pour répondre à une des plus vieilles questions de l’humanité : y a-t-il eu de la vie ailleurs que sur Terre ? 

« C’est un des principaux objectifs de la mission : rapporter des traces de vie de la planète Mars », précise celle qui est aux commandes de l’hélicoptère Ingenuity, chargé de mener des vols de reconnaissance autour du robot. 

Moment historique

Le 19 avril 2021, cet appareil de 2 kg est passé à l’histoire pour avoir effectué le premier vol télécommandé sur une autre planète. 

À l’occasion de son premier vol, le 19 avril 2021, Ingenuity envoie à la Terre cette image, montrant son ombre sur la planète.
Photo courtoisie, NASA
À l’occasion de son premier vol, le 19 avril 2021, Ingenuity envoie à la Terre cette image, montrant son ombre sur la planète.

« L’hélicoptère a décollé, s’est élevé sur 3 mètres, s’est retourné et est redescendu après 30 secondes. C’était un moment historique qui a été accueilli avec des cris de joie sur Terre. » 

Ce coucher de soleil sur Mars est une des photos préférées de l’ingénieure.
Photo courtoisie, NASA
Ce coucher de soleil sur Mars est une des photos préférées de l’ingénieure.

L’hélicoptère a effectué 18 vols en 2021. « Nous souhaitions avoir une autonomie d’un mois et nous en sommes déjà à neuf mois d’activité. Les panneaux solaires fonctionnent très bien. » 

Par contre, les vents et les radiations pourraient entraver les mouvements des appareils sur une planète dont on ignore beaucoup de choses.

À l’heure de Mars 

Pendant plusieurs semaines en 2021, Farah Alibay a vécu à l’heure de Mars afin de suivre l’évolution de la mission en concordance avec le rythme de la planète rouge, où les journées sont plus longues. 

« L’hiver s’en vient dans la région que nous explorons ; on ne sait pas comment les instruments vont se comporter », explique-t-elle en rappelant que le mercure peut atteindre -73 degrés Celsius. 

Née en même temps que la Terre, Mars a eu des océans et des cours d’eau similaires aux nôtres jusqu’à ce qu’elle s’assèche. 

C’est dans un ancien lac que la mission américaine a choisi d’amarsir (atterrir sur Mars) en février 2021. L’astromobile Perseverance et son hélicoptère se déplaceront jusqu’au delta où une rivière pourrait avoir accueilli des formes de vie datant de plus de trois milliards d’années. Les premiers martiens pourraient être de simples amas de cyanobactéries fossilisées.  

Sept échantillons ont déjà été recueillis, mais il faudra attendre 2031 avant qu’une nouvelle mission les ramène sur Terre.

PERSEVERANCE

L’ingénieure devant l’astromobile Perseverance.
Photo courtoisie, NASA
L’ingénieure devant l’astromobile Perseverance.

LANCEMENT

Farah Alibay a assisté au lancement de la fusée Insight, lancée vers Mars le 5 mai 2018.
Photo courtoisie, NASA
Farah Alibay a assisté au lancement de la fusée Insight, lancée vers Mars le 5 mai 2018.