/sports/tennis
Navigation

Lapierre prend des notes sur l’affaire Djokovic

Le directeur de l’Omnium de la Banque Nationale ne veut pas vivre un tel scénario

Coupe Rogers
Photo Martin Chevalier Grand manitou de l’Omnium de la Banque Nationale, Eugène Lapierre ne veut pas vivre l’été prochain une tourmente identique à celle des Internationaux d’Australie.

Coup d'oeil sur cet article

Eugène Lapierre est un spectateur attentif de « l’affaire Djokovic ». Le directeur du pendant montréalais de l’Omnium Banque Nationale prend des notes pour éviter de vivre un « drame comme ce qui se passe en Australie ». 

• À lire aussi: Djokovic s’entraîne aux Internationaux d’Australie, sa participation toujours en suspens

• À lire aussi: Djokovic gagne en justice et veut toujours participer aux Internationaux d’Australie

À partir du 15 janvier, les athlètes professionnels et amateurs ne seront plus exemptés des obligations vaccinales imposées aux voyageurs qui entrent au Canada.

Il s’agit de règles semblables à celles en place dans l’État de Victoria, où se trouve Melbourne, qui sera le théâtre des Internationaux d’Australie à partir de la semaine prochaine. 

Selon le site du gouvernement canadien, tout voyageur arrivant au pays doit être doublement vacciné, même s’il a déjà contracté la COVID-19. 

La situation peut changer d’ici au 6 août, date de début de l’Omnium Banque Nationale, qui mettra en vedette les hommes cette année à Montréal. 

Mais si les règles demeurent les mêmes, il semble que Novak Djokovic – ou tout autre joueur de tennis qui ne sera pas suffisamment vacciné – sera interdit d’entrée au Canada. À moins, peut-être, d’obtenir une exemption médicale de la part du gouvernement. 

« C’est certain que l’on apprend beaucoup de ça. Il semble y avoir eu une confusion énorme entre ce que ça prenait pour rentrer au pays et ce que ça prenait pour être admis au tournoi », a souligné M. Lapierre, lundi.

« On va engager la discussion [avec la Santé publique] plus vite que moins, a ajouté le directeur. Au moment voulu, on verra ce que ça prend pour présenter un tournoi sécuritaire, ce que ça prend aux joueurs pour y participer, pour rentrer au pays.  

« On va s’assurer que la bonne communication sera faite à tout le monde. » 

LE TENNIS À L’AVANT-SCÈNE

Depuis quelques jours, « l’affaire Djokovic » dépasse les frontières du tennis. Même si le contexte est particulier, Eugène Lapierre se réjouit de l’intérêt qui est présentement porté à son sport favori. 

« Parlez-en bien, parlez-en mal, mais parlez-en ! a-t-il lancé. Pour le moment, le tennis a préséance. Même des gens qui ne s’y connaissent pas s’y intéressent. »

« Peu importe la raison, je me dis “wow !”, c’est pas trop mal pour le tennis qui va être à l’avant-scène pendant deux ou trois semaines », a ajouté M. Lapierre.

Et s’il s’en tient aux considérations sportives, Eugène Lapierre espère que Djokovic sera en mesure de participer à la première levée du Grand Chelem de la saison. 

Le numéro 1 mondial y sera en quête du 21e majeur de sa carrière. Si le Serbe soulève le trophée à la fin janvier, il détiendra seul le record du nombre de titres du Grand Chelem, qu’il partage actuellement avec le Suisse Roger Federer et l’Espagnol Rafael Nadal. 

« Ça va donner un bon show, croit-il. C’est clair que Djokovic va tout donner maintenant, encore plus que dans d’autres circonstances. »

Un joueur proche du public  

Coupe Rogers
Photo d'archives

C’est à Montréal que Novak Djokovic a remporté l’un des premiers titres Masters 1000 de sa longue et prolifique carrière, en 2007. 

Il y a donc longtemps qu’Eugène Lapierre connaît le Serbe et il se dit « un peu dépassé » par toute la saga vaccinale dans laquelle « Djoko » est embourbé. 

« On connaît tous des personnes de notre entourage qui ne sont pas en faveur de la vaccination pour toutes sortes de raison, a pointé M. Lapierre lundi. Mais moi, je l’aime bien, Novak. Je le trouve drôle. » 

« Arrogance naturelle »

Le directeur de l’Omnium Banque Nationale de Montréal s’explique d’ailleurs mal que le numéro 1 mondial aux 20 titres majeurs jouisse d’un capital de sympathie moindre que celui de ses deux grands rivaux, le Suisse Roger Federer et l’Espagnol Rafael Nadal. 

Eugène Lapierre estime que c’est peut-être en raison de « l’arrogance naturelle » que dégage le Serbe. 

Mais il explique que Djokovic est un joueur près du public qui a plein d’idées pour se rapprocher des amateurs de tennis. 

« Je trouve ça dommage, car il fait tellement d’efforts pour que les gens l’aiment, souligne-t-il. C’est le seul qui m’arrive avec des affaires qu’il aimerait faire pour les fans, comme danser sur le terrain. »

Du Segway dans le parc

Une année, Djokovic avait notamment eu l’intention de prendre un Segway [un véhicule électrique à deux roues] et d’aller se promener sur le site du tournoi et dans le parc Jarry, pour croiser les amateurs. 

« C’est sa propre gang qui a refusé, a rigolé Eugène Lapierre. Par crainte qu’il se blesse. Son entourage trouvait que c’était trop dangereux. » 

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.