/finance/opinion/columnists
Navigation

Ranch Covey Hill: de producteur d’asphalte à éleveur

Emmanuel Chenail
Photo Martin Chevalier Emmanuel Chenail a vendu son entreprise d’asphaltage et a changé de vie pour être agriculteur à Havelock en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

C’est quoi la liberté pour vous ? Pour Emmanuel Chenail, c’est s’occuper des animaux de sa ferme 365 jours par année et suivre leur rythme. Une liberté dans la contrainte, dans le fait de prendre soin, d’être à l’écoute du vivant. En tout temps.

J’ai connu Emmanuel à l’École d’entrepreneurship de Beauce il y a quelques années. Il dirigeait alors Pavages Chenail, une compagnie fondée par son père, et il portait sur ses épaules un poids devenu trop lourd.

« Je suis né dans l’asphalte et je continuais pour faire plaisir à mon père. Mais quand j’étais petit, j’avais des animaux et j’aimais ça », se souvient-il. Après la tempête de la commission Charbonneau, puis une croissance d’entreprise rapide, il avançait dans un parcours qui n’avait plus de sens à ses yeux.

À 45 ans, il a osé un virage : il a vendu l’entreprise, s’est installé sur une grande terre à Havelock en Montérégie, avec sa famille, quelques vaches et des chevaux. Il a passé une année à se reposer la tête, puis à réfléchir à son avenir.

« Ça m’est arrivé quelques fois d’avoir le vertige. Au début, je me suis ennuyé des employés, car j’étais proche de plusieurs d’entre eux. Je me suis demandé si j’avais pris la bonne décision. Aujourd’hui, j’en suis sûr à cent pour cent », dit-il avec un regard souriant qui traduit son bonheur.

Un nouveau métier

En 2019, après une année de pause, l’entrepreneur a repris son énergie et a décidé de faire grandir le Ranch Covey Hill. Avec son épouse, Emmanuel possède aujourd’hui un cheptel de bovins Angus de 180 têtes. Son ambition est de créer la meilleure génétique possible pour cette race ; élever des bovins uniquement pour leur viande ne comblerait pas son appétit pour les défis. Sa quête lui fait parcourir l’Amérique du Nord afin de sélectionner les meilleures bêtes et de tout comprendre de son nouveau métier.

À côté de ça, il possède quelques chevaux Curly et des Clydesdale, il élève des cochons et des poulets, puis exploite une érablière. 

La campagne tient son homme occupé et sa famille aussi, puisque les deux filles du couple sont employées du ranch. Je les suis sur Facebook et leur belle aventure me fascine autant qu’elle m’inspire.

Il y a du labeur à la ferme et les animaux apprennent à Emmanuel le travail patient. 

« Si on planifie trop avec les animaux, ça ne fonctionne pas. Il faut être à leur écoute et pour que ça se passe bien, il faut aller tranquillement. C’est mon défi de prendre le temps et de suivre leur rythme. »

Un voisin mentor

C’est un des trésors découverts dans les prés de Havelock après avoir quitté la dureté du monde de la construction à Montréal. L’autre trésor, c’est d’avoir fait grandir une amitié solide.

« David, mon voisin des Fermes Mac Angus, est mon mentor et il est devenu comme mon frère. Il dit que je n’aurai plus besoin de lui, mais il m’a donné son intelligence et sa passion des animaux, donc je serai toujours son allié. C’est mon frère, c’est intouchable. »

L’agriculture est un monde où les concurrents peuvent aussi être de grands alliés. Simplement pour l’entraide et pour cultiver ensemble la passion de prendre soin.

« C’est ce que j’aime de l’agriculture », raconte Emmanuel.

Ça donne une folle envie de campagne, soudainement, à quelques lieues de la morosité covidienne... 

Ranch Covey Hill    

  • Fondateur : Emmanuel Chenail  
  • Lieu du siège social : Havelock  
  • Secteur d’activité : Agriculture  
  • Nombre d’employés : 5  
  • Année de fondation : 2015     

PROFIL D’EMMANUEL CHENAIL  

  • Poste : Copropriétaire et président   
  • Âge : 48 ans  
  • Scolarité : École d’entrepreneurship de Beauce    

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.