/news/currentevents
Navigation

Saguenay: au moins deux morts dans une puissante explosion à Arvida

La forte déflagration a soufflé les fenêtres d’une résidence familiale

Coup d'oeil sur cet article

Une puissante explosion a tué au moins deux personnes lors d’un drame éprouvant survenu lundi matin dans une résidence de l’arrondissement Jonquière, au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Les deux victimes seraient un homme de 39 ans et un enfant. Le propriétaire de la maison habite sur la rue Dubose depuis plusieurs années. Ce dernier a également d’autres enfants et des vérifications doivent être faites.

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Les enquêteurs tenteront de déterminer s’il s’agit d’une explosion d’origine criminelle ou accidentelle. Rien n’a été exclu pour l’instant, même l’homicide ou le suicide. Des proches ont été rencontrés dans les dernières heures.

Vers 10 h, le bruit d’une déflagration a rapidement mobilisé les différents services d’urgence. Les premiers policiers et pompiers sur place ont dû affronter une scène pénible.

Photo Agence QMI, Roger Gagnon
  • Écoutez le tour des actualités de Mario Dumont et Carl Marchand sur QUB Radio:   

Un voisin se trouvait alors à l’extérieur en train de dégager sa cour. « C’était une bonne explosion avec beaucoup de fumée qui sortait par les fenêtres », a confié Pierre Mercier. Selon deux voisins, l’explosion aurait eu lieu au sous-sol et la force de la déflagration a soufflé les fenêtres

« C’était un bon gars, ça me fait de quoi », a ajouté Régis Bélanger, qui connaît bien l’homme vivant à cette adresse.

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

« Bruit de dynamite »

Selon lui, il pourrait s’agir d’un bruit de dynamite, une information qui n’a toutefois pas été confirmée par la Sûreté du Québec.

« Ça a fait boom comme un coup de bâton de dynamite ou quelque chose comme ça. » Régis Bélanger affirme que son voisin travaillait dans la mine de Niobec, à Saint-Honoré, qui extrait du niobium. « Il travaillait dans le trou », dit-il.

Capture d’écran TVA Nouvelles

Selon le site de Niobec, la mine procède au forage et au dynamitage, au soutirage et au chargement du minerai. À cet effet, il faudra vérifier si des matériaux ont été volés.

Toujours selon ce même voisin, une ex-conjointe habitant à proximité se serait présentée devant la résidence après l’explosion.  

« Elle a écrasé, ça faisait pitié », a expliqué Régis Bélanger. En milieu d’après-midi, la police a confirmé des décès, mais sans préciser le nombre exact.

Photo Agence QMI, Roger Gagnon

Déflagration « très puissante »

« Le dossier a été saisi par l’équipe des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec », a indiqué le sergent Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec. Le Service de police de Saguenay participe également aux efforts.

La force de l’explosion fournit quelques indices, mais des réponses plus précises sont attendues sous peu. La police parle d’une déflagration « très puissante », ce qui écarte certaines sources.

Originaire de Chibougamau, le père semble relativement sans histoire. Son dossier ne révèle aucun antécédent judiciaire outre une condamnation pour facultés affaiblies en 2009. 

Les spécialistes en médecine légale, ceux de l’identité judiciaire de même que les techniciens en explosion seront mis à contribution. Des autopsies seront aussi nécessaires.

– Avec la collaboration de TVA Nouvelles

À VOIR AUSSI       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.