/entertainment/music
Navigation

Une technologie révolutionnaire pour les pianos droits

Des pianos droits offrent une tonalité supérieure

Oliver Esmonde White
Photo Chantal Poirier L’équipe d’Esmonde White a mis au point une technologie unique permettant de transformer un piano droit en piano de concert. Dans l’ordre habituel : Jérémie Gates, gérant ; Flavien Mathorel et Gérard Jeanson, techniciens ; Lorraine Desjardins, copropriétaire de l’entreprise et Oliver Esmonde White, président.

Coup d'oeil sur cet article

Le fabricant de pianos québécois Esmonde White a mis au point une technique révolutionnaire qui permet de transformer un piano droit pour lui donner les qualités d’un piano à queue. 

Un procédé qui permet d’améliorer la sensibilité des touches, la vitesse d’exécution, la présence d’une palette de couleurs sonores plus large et qui en fait un piano dont il est beaucoup plus facile de jouer.

« On a mis des micros à l’intérieur et ça sonne comme un piano à queue dans une cathédrale. On retrouve toutes les couleurs présentes dans un piano à queue, mais dans un piano droit. Ce n’est pas une amélioration de 20 % ou de 100 %, mais de 250 %. C’est hallucinant », a exprimé Oliver Esmonde White, fondateur de l’entreprise qui est le seul fabricant de pianos présentement en activité au Canada.

Impressionnant

Oliver Jones, Janelle Fung, Gregory Charles, Charles Richard-Hamelin et Philip Chiu ont essayé cette technologie qui porte le nom de Vertical Action. Ils ont tous été épatés.

« C’est impressionnant. C’est ce qui s’approche le plus de l’expérience de jouer sur un piano à queue », a indiqué la pianiste canadienne Janelle Fung, dans un témoignage.

Philip Chiu a vanté la qualité des nuances, des couleurs et des textures que l’on retrouve sur un piano droit transformé.

L’entreprise située dans le Mile-End, à Montréal, qui célèbre son 50e anniversaire, travaille sur ce projet depuis cinq ans.

« Cette technologie est arrivée à nous par l’entremise de travaux effectués par le spécialiste en piano américain Darrell Fandrich. Un individu que j’ai découvert en effectuant des recherches sur les pianos. Lui, c’est le génie que je porte sur mes épaules », a raconté Oliver Esmonde White lors d’un entretien avec Le Journal.

Moins d’entretien

Piano Esmonde White a développé, à partir des travaux de Darrell Fandrich, décédé en 2019, des pièces et une technologie, brevetée en 2021, qui permet de modifier le mécanisme interne du piano. Une opération qui se fait en usine. 

« Il est possible de transformer la presque totalité des pianos modernes. Les coûts tournent entre 3000 $ et 5000 $. Ce qui permet d’obtenir l’équivalent d’un piano à queue pour vraiment pas cher. C’est un piano qui demande aussi moins d’entretien », a-t-il précisé.

De la magie

Oliver Esmonde White n’aurait jamais cru qu’une telle chose pouvait être possible. Il parle d’une technologie qui est révolutionnaire. 

« Je me pince tous les jours. C’est quelque chose qui est arrivé comme par magie. On ne savait pas que nous étions, un jour, pour faire ça. C’est fascinant », a-t-il fait remarquer.

Des techniciens seront formés pour exécuter ce travail et pour le faire un peu partout sur la planète. Piano Esmonde White travaille aussi, à ce moment, à industrialiser ce processus afin qu’il puisse être présenté à d’autres fabricants de pianos.

À VOIR AUSSI