/misc
Navigation

Le retour fracassant de Stromae

Stromae
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Pour paraphraser le titre du vieux spectacle musical sur Jacques Brel, on peut dire que Stromae is well and alive and living in Paris !

Dimanche soir, au téléjournal de 20 h à TF1, le chanteur belge en burn-out depuis des années a fait un retour fracassant dans le show-business. Abordant le mal de vivre de Stromae, la cheffe d’antenne, Anne-Marie Coudray, lui a demandé si « la musique l’avait aidé à s’en libérer ». Un bref silence a suivi sa question, on a entendu des notes de musique, puis Stromae a entonné une version raccourcie de L’enfer, une chanson qui fera partie de l’album Multitude, qui sera lancé le 4 avril prochain. Un plan-séquence exceptionnel d’environ trois minutes. 

C’est donc de façon bien émouvante que Stromae revient à l’avant-scène, car sa chanson parle des pensées suicidaires qui n’ont pas cessé de le hanter durant ses années de dépression. Des pensées dont « il n’est pas fier et qui lui ont fait vivre un enfer », souligne encore la chanson. Stromae s’était retiré du circuit musical en 2015 au moment où il était au faîte de sa popularité.

PÈRE MANQUANT, FILS MANQUÉ !

Cet artiste très particulier, mais très attachant est né en Belgique d’une mère flamande et d’un père rwandais. Il a très peu connu son père, victime du génocide de 1994 comme la plupart des membres de sa famille. 

C’est grâce à Star Académie que j’ai fait la découverte de Stromae. Les aficionados de la série, dont je suis, se rappellent sûrement la performance étourdissante que le chanteur avait faite de sa chanson Alors on danse, en compagnie de la jeune Andréanne A. Mallette. 

En short bermuda, bas golf verts, chemise assortie et nœud papillon au col, l’homme avait l’air d’un martien plus que d’un chanteur. Il avait aussi interprété Papaoutai, un titre de chanson évoquant à la fois le parler populaire de l’Afrique francophone et la triste réalité d’un enfant élevé sans présence paternelle. Quand on connaît l’enfance de Stromae, c’est facile d’imaginer que ses tournées exténuantes sur tous les continents étaient une véritable fuite en avant. Une fuite à laquelle l’entrevue à TF1 pourrait avoir mis fin.

LES QUÉBÉCOIS NE S’ÉTONNENT PLUS

Son passage à la télé a provoqué en France un tsunami d’éloges et de messages de gratitude, mais il a aussi déclenché une controverse qui risque de faire oublier les propos peu flatteurs du président Emmanuel Macron à l’égard des antivax.  

Tandis que les inconditionnels du chanteur crient au génie et que des centaines d’internautes le remercient d’avoir osé parler ouvertement de ses pensées suicidaires et de son mal de vivre, la presse de gauche s’est déchaînée contre TF1. Elle fustige le réseau pour avoir « brouillé ce qu’il reste de repères entre information et divertissement ». N’empêche que le téléjournal de dimanche soir a rameuté pour cette entrevue 7,2 millions de téléspectateurs, un auditoire exceptionnel. L’entrevue a aussi généré en peu de temps plus de six millions de vues sur les réseaux sociaux. 

Depuis que Céline Dion est devenue une star mondiale, les Québécois ne s’étonnent plus qu’elle fasse souvent la manchette du téléjournal, que ce soit à Radio-Canada ou à TVA. Il y a si longtemps d’ailleurs que l’émission Tout le monde en parle a brouillé les repères entre information et divertissement que même les journalistes les plus traditionalistes ne se posent plus de questions.