/opinion/blogs/columnists
Navigation

Les défis de la gestion de classe virtuelle

Distance learning online education. A schoolboy boy studies at home and does school homework. A home distance learning
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Comme parents, nous le savons tous: gérer les comportements de nos enfants ou de nos ados n’est pas toujours une mince affaire.

Afin de comprendre les défis d’un enseignant auprès de ses élèves, il vous suffit de multiplier ce travail par 10, 15 ou 30... En supposant que la relation entre le nombre d’individus et le nombre de comportements à gérer soit proportionnelle et non exponentielle! 

En somme, gérer une classe s’avère un défi de taille. En fait, question de bien saisir l’importance de la chose, je vous dirais simplement que la gestion de classe est l’élément qui a le plus d’incidence sur le risque de décrochage des enseignants. 

Gestion à distance

Avec ce retour de l’école à distance arrive le nouveau défi de la gestion de la classe virtuelle. Si vous avez des enseignants dans votre entourage, ils pourront très certainement vous raconter de nombreuses anecdotes sur des comportements à gérer en ligne. Évidemment, les histoires varieront selon l’âge des élèves derrière l’écran: drôles, tristes, étranges, méchantes...

Dans la revue Médiations et médiatisations, une équipe d’universitaires a publié un article de réflexion intitulé «Les défis de la gestion de classe virtuelle synchrone». Cet article présente quelques constats sur la gestion de classe en ligne.

Selon les auteurs, voici quelques exemples de comportements inadéquats observés chez les élèves du primaire et du secondaire*:  

  • Demander d'aller aux toilettes en coupant la parole comme s’ils étaient en classe; 
  • Faire du bruit, chanter, murmurer inutilement avec le micro ouvert; 
  • Montrer des jouets et les faire bouger à l’écran pour faire rire les autres; 
  • Regarder la télévision avec le volume fort pendant l’école virtuelle (avec la caméra allumée); 
  • Frapper son frère ou sa sœur devant tout le monde, devant la caméra;  
  • Arriver en retard et dire «bonjour tout le monde» très fort quand l’enseignante parle; 
  • Éteindre la caméra à répétition et la laisser éteinte malgré la demande de l’enseignante; 
  • Changer son nom et écrire n’importe quoi; 
  • Être en pyjama, dans son lit, devant l’écran (et j’ajouterais «de son cellulaire»).  

En ce qui me concerne, je dois vous dire qu’il y a souvent un rigolo, dont je ne suis pas l’enseignant, qui tente désespérément de se joindre à ma classe virtuelle. Il y a également tout ce que nous ne pouvons pas voir. Il suffit de penser à l’élève qui joue à des jeux en ligne, qui navigue sur le web ou qui texte ses amis.

Je serais aussi très curieux d’entendre des histoires de comportements inadéquats à gérer chez les parents. Je suis persuadé qu’il y aurait un bon — et long — texte à écrire sur le sujet. Il suffit de m’écrire, je m’occupe du reste!

Portrait d'élèves 

À partir des comportements observés chez les élèves, les auteurs de l’article ont créé ces portraits*:

La star

L’élève qui s’assure que tout le monde l’entend.

L’impoli

L’élève qui regarde la télévision, avec le volume allumé, bien étendu sur son fauteuil. 

Le coupeur de parole

L’élève qui coupe la parole pour pouvoir parler sans attendre son tour de parole. 

Le retardataire

L’élève qui arrive constamment en retard. 

Le criard

L’élève qui crie ou qui parle trop fort. 

L’élève «Je sais tout»

Par exemple, lorsque l’enseignante demande une réponse, un autre élève répond: «C’est ça que je voulais dire.» 

Le perdu

L’élève qui ne suit jamais.

Le zéro techno

Celui qui, même après plusieurs semaines, ne comprend pas comment utiliser la plateforme. 

Le râleur

Par exemple: l’élève qui dit à voix haute, sans demander son tour de parole: «Ça va trop vite», «Je ne comprends rien». 

L’escargot

L’élève qui n’a jamais fini de faire son travail.  

Plus particulièrement pour les élèves du secondaire  

Le social

L’élève qui passe son temps à clavarder, à rigoler ou à régler ses comptes (émoticônes à l’appui) avec ses amis, en réaction à des éléments du cours de la classe virtuelle. 

La pieuvre

L’élève qui joue aux jeux en ligne, alors qu’il est connecté à la classe virtuelle. Il transfère son attention à la classe virtuelle et répond à une question quand ses pairs ou l’enseignant l’interpellent.  

Le fantôme ou l’invisible

L’élève qui se réveille et se connecte juste au moment où commence la classe virtuelle. Il éteint sa caméra et va faire sa routine du matin. Si on l’interpelle, ses amis lui font savoir par texto; il se montre alors à l’écran. L’enseignant est rassuré. «Tout va bien.»

Le malchanceux

Celui qui ne peut jamais bien suivre en classe virtuelle, puisque son réseau internet serait instable. Conséquemment, il quitte bien souvent la classe virtuelle de manière impromptue pour y revenir quand il «peut». Ou encore, il est «obligé» de garder sa caméra fermée s’il veut diminuer la bande passante et augmenter ses chances de rester connecté ou de ne pas entendre l’enseignant de manière entrecoupée. 

Que vous soyez parent ou enseignant, je suis persuadé que vos anecdotes savoureuses viendraient ajouter quelques portraits à notre tableau. Vous pouvez aussi comparer vos perceptions avec celles de vos jeunes.

À mes collègues, je vous invite à vous accrocher à la statistique suivante: la relation qu’un enseignant entretient avec ses élèves correspond à 40% de l’influence et du pouvoir qu’il possède lors de ses interventions auprès des jeunes ayant des difficultés de comportement.

Voilà notre meilleur outil afin de relever les défis de la gestion de classe.


* Pour lire l’article complet: Les défis de la gestion de classe virtuelle synchrone

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.