/entertainment/shows
Navigation

Une décision logique en temps de pandémie

Le sommet national sur les arts est reporté

ART-GALA ARTIS 2017
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Sophie Prégent

Coup d'oeil sur cet article

La décision de reporter le sommet national sur les arts, la culture et le patrimoine, prévu le 31 janvier et le 1er février, est tout à fait logique avec la flambée des cas de COVID-19.  

Le ministre du Patrimoine canadien Pablo Rodriguez, qui était derrière cette initiative, a pris cette décision lundi matin. Une décision qui ne déçoit pas l’industrie culturelle. 

« On voyait mal la tenue de ce sommet avec l’arrivée du variant Omicron. Nous ne sommes pas déçus », a indiqué Sophie Prégent, présidente de l’Union des Artistes, lors d’un entretien. 

Christian Robitaille, président de Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, comprend le contexte qui amène cette annulation.  

« Ça aurait été étrange de tenir ça à un moment où les salles de spectacles et les galeries d’art sont fermées. On a hâte de lui parler. Toutes les occasions de parler de la culture sont bonnes. C’est un sujet qui est rarement abordé lors des campagnes électorales », a-t-il fait remarquer.

Il souligne qu’il sera très important de soutenir les gens afin qu’ils puissent continuer de gagner leur vie dans l’industrie culturelle. 

« C’est un enjeu important. Il faut s’assurer que les artistes puissent continuer de créer et que les techniciens de scène gardent leur boulot. Il faut soutenir ces gens afin qu’ils demeurent dans le milieu. On en a déjà perdu un paquet et ces gens vont être importants pour relancer l’industrie », a-t-il mentionné. 

Un rendez-vous essentiel

Sophie Prégent précise que la tenue du sommet sera essentielle lorsque la lumière apparaîtra au bout du tunnel. 

« Il va être important de s’asseoir ensemble et d’avoir un plan de match à court, moyen et long terme. Et la seule façon d’y arriver est de rencontrer les gens qui sont sur le terrain. Ce sommet va être essentiel », a-t-elle fait savoir. 

À court terme, au-delà des mesures d’aides financières qui sont actuellement en place, la présidente de l’Union des Artistes souhaite que l’on étudie la mise en place d’une sorte d’assurance salaire pour les travailleurs culturels et autonomes. Elle parle aussi d’aide psychologique. 

« Il va aussi être important, je crois, de faire une campagne de sensibilisation auprès du public, lorsque la pandémie sera chose du passé. Avec deux ans sans aller au théâtre, à l’opéra et voir des spectacles de musique, c’est une magnifique habitude qui peut se perdre. Il va être important de redorer le blason de la culture francophone », a laissé tomber Sophie Prégent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.