/sports/hockey/canadiens
Navigation

La candidature de Castonguay «ouvre des portes»

Émilie Castonguay
Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Peu importe si elle deviendra ou non la prochaine directrice générale du Canadien de Montréal, la Québécoise Émilie Castonguay a déjà contribué à l’avancement des femmes dans le monde du hockey professionnel.  

• À lire aussi: Patrick Roy: bientôt, son entrevue avec le Canadien?

• À lire aussi: Place aux femmes chez le CH

«J’ai aussi vu son nom passer parmi les candidates sur les réseaux sociaux. Ça me faisait rire, mais ça me rendait surtout très fière, a indiqué en entrevue la hockeyeuse Marie-Philip Poulin, qui compte sur les services de Castonguay à titre d’agente. Elle ouvre présentement des portes pour d’autres filles.»

Sans savoir ce que l’avenir réserve à Émilie Castonguay, Poulin ne tarit pas d’éloges à l’endroit de son agente qui, à 38 ans, est vice-présidente et directrice des affaires juridiques chez Momentum Hockey.

«Depuis que nous sommes ensemble, c’est incroyable, tout ce qu’elle a pu faire pour moi et ma famille, a mentionné Poulin en vantant son approche humaine. C’est une femme qui a de la "drive" et qui est déterminée.»

Dans la prochaine semaine?

Même si le Canadien finit par préférer Mathieu Darche, Patrick Roy ou un autre homme pour le rôle de DG, la candidature de Castonguay aura été considérée, ce qui est déjà un énorme pas vers l’avant. Advenant un tel dénouement, Poulin conservera minimalement les services d’une agente qu’elle n’échangerait contre personne.

À propos de la nomination du prochain directeur général du club montréalais, elle devrait être annoncée d’ici la fin du mois de janvier, possiblement d’ici la fin de la semaine prochaine.

Une athlète bien en vue

Entretemps, Marie-Philip Poulin se tient pour sa part bien occupée à titre de fière ambassadrice pour le hockey féminin. Entre deux entraînements à Calgary, elle fait partie de ces athlètes qui seront les plus en vue en marge des Jeux olympiques. Si cette entrevue a été accordée dans le cadre de la campagne «J’craque pour toi mon coco» des Producteurs d'oeufs du Canada, il est aussi possible de l’apercevoir dans des publicités pour les cartes de hockey de Tim Hortons, entre autres.

«Je m’associe à des compagnies ayant les mêmes valeurs que moi, a-t-elle affirmé, notant l’importance d’une bonne nutrition. Je ne changerai pas pour plaire à une compagnie. Surtout dans une année olympique comme ça, on a la chance d’inspirer une prochaine génération et pour moi, c’est très important.»

Pour déjeuner, ce matin-là, Poulin avait mangé deux œufs à la coque... Le déjeuner d’une championne, pourrait-on conclure.

À VOIR AUSSI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.