/entertainment/tv
Navigation

«L'amour est dans le pré»: beaucoup de rebondissements pour la 10e saison

«L'amour est dans le pré»: beaucoup de rebondissements pour la 10e saison
PHOTO COURTOISIE, NOOVO

Coup d'oeil sur cet article

La 10e saison de L’amour est dans le pré, qui débute ce jeudi sur les ondes de Noovo, sera particulièrement riche en rebondissements.

• À lire aussi: L'amour est dans le pré: un deuxième candidat gai parmi les participants

C’est ce qu’a laissé entendre Martin Métivier, producteur au contenu de la téléréalité, lors d’une table ronde avec les médias mercredi.

Tous les couples qui se sont formés au cours des tournages, qui ont commencé en août, «ont survécu à l’étape cruciale du temps des Fêtes, qui est la période où habituellement les couples se solidifient ou s’effritent», a-t-il précisé.

Contrairement à la saison dernière, où les rapprochements étaient chronométrés au quart de tour et limités à 15 minutes, cette année, les agriculteurs ont pu bénéficier de l’époque pré-Omicron pour avoir des rapprochements sans limites, tout en respectant les mesures sanitaires en place, a ajouté Martin Métivier.

Les couples ont même pu s’envoler vers le Mexique en fin de saison, au mois de novembre, avec en prime les trois couples formés l’an passé, qui en raison de la pandémie n’avaient pas pu voyager à l’extérieur du Québec.

Des histoires d'amour marquées par les doutes

Cette année, les doutes et les grandes remises en question des agriculteurs.trices alimenteront beaucoup les histoires d’amour, laissant place à tous les cas de figure au niveau de la trame narrative, «parfois même à s’en arracher le cœur», a confié le producteur au contenu.

«Pour certains, l’histoire d’amour se dessine assez vite, alors que d’autres seront plus réflexifs et d’autres attendront jusqu’à la dernière seconde avant d’arrêter leur choix sur la prétendante [avec qui ils iront au voyage final]», a-t-il ajouté.

«Quand je regarde les fiches sur papier, je me fais des paris dans ma tête, et honnêtement cette année, il n’y a rien de tout ça qui s’est passé», a confié l’animatrice de l’émission, Katherine Levac.

L’humoriste, qui a donné naissance à ses jumeaux au cours de la saison, n’a pas non plus boudé son plaisir à regarder la téléréalité. Selon elle, la grande force de l’émission, c’est le fait de laisser les agriculteurs être maîtres de leurs choix d’activités avec leurs prétendantes.

«Ce n’est pas comme s’ils étaient toujours en train de faire de la télé», a-t-elle dit, rappelant aussi la grande diversité au sein des agriculteurs.

«Joé qui a une ferme ancestrale, c’est intéressant dans parler et de le montrer, d’aller chez lui et de voir ses pratiques. C’était le fun aussi d’aller chez Marika avec sa mère et ses chums de femmes pour quasiment parler dans le dos des gars», a souligné l’animatrice franco-ontarienne, qui a aussi salué avec fierté la présence de Denis, 53 ans, un producteur de grandes cultures de Casselman, en Ontario.

Sans oublier la présence de Luka, 24 ans, un producteur laitier homosexuel de Chaudière-Appalaches.

De la ferme à Instagram

D’anciens participants de L’amour est dans le pré ont accru leur présence sur les réseaux sociaux, après leur passage à l’émission, pour expliquer leur réalité. Une initiative saluée par l’animatrice.

«Je comprends que ça fait partie du jeu pour les gens qui sortent de Big Brother ou d'OD, mais rares sont ceux qui font des “stories” pour expliquer comment mettre une trayeuse. Pour moi, il y a quand même une différence dans leur approche et au niveau des valeurs qu’ils prônent», a-t-elle dit.

Le but premier de l’émission demeure toutefois de créer des couples et non des personnalités publiques, a souligné la production, bien qu’elle demeure présente pour accompagner les participants et les conscientiser sur leur image publique.

Un livre comprenant des témoignages, des confidences et les lettres des prétendantes sortira en kiosque le 9 février prochain. L’ouvrage est publié aux Éditions Pratico-Pratiques.

L’amour est dans le pré, qui a vu naître 27 bébés et 15 couples, débute ce jeudi, à 20 h, sur Noovo.

À voir aussi