/news/coronavirus
Navigation

Risque d’hospitalisation réduit de moitié avec Omicron comparé à Delta, selon une étude américaine

SARS-CoV-2 Coronavirus variant omicron B.1.1.529. Microscopic view of infectious virus cells. 3D Rendering
Giovanni Cancemi - stock.adobe.c

Coup d'oeil sur cet article

Une vaste étude américaine menée sur près de 70 000 personnes testées positives à la COVID-19 a montré un risque d’hospitalisation et de décès substantiellement réduit avec le variant Omicron comparé à Delta, et ce indépendamment des niveaux d’immunité grandissants au sein de la population. 

• À lire aussi: COVID-19: la Suisse évoque le «début de la fin»

• À lire aussi: COVID-19 : Omicron réduit de 69 % les risques d’hospitalisation

Les personnes infectées avec Omicron avaient moitié moins de risque d’être hospitalisées que celles avec Delta, selon ces travaux. Le risque d’être placé en soins intensifs était lui réduit d’environ 75 %, et celui de mourir de plus de 90 %.

Parmi les plus de 52 000 personnes infectées par Omicron suivies par cette étude, aucune n’a eu besoin d’un respirateur artificiel, contre 11 personnes parmi les près de 17 000 infectées par Delta. 

En outre, la durée médiane des hospitalisations était de 1,5 jour pour Omicron, contre près de 5 jours pour Delta. 

Cette analyse a été conduite à partir de données du système hospitalier californien de Kaiser Permanente, au cours du mois de décembre 2021, alors que les deux variants circulaient largement.

Ces données viennent conforter celles accumulées auprès des populations d’autres pays, par exemple en Afrique du Sud ou en Grande-Bretagne. Mais aussi celles ayant montré -- chez des animaux ou ex vivo (en dehors du corps humain) -- qu’Omicron se réplique davantage dans les voies aériennes supérieures (nez, gorge) que dans les poumons, où démarrent les formes graves de Covid-19. 

L’étude, qui n’a pas encore été vérifiée par des pairs, a été menée par des chercheurs de l’Université de Californie, Berkeley, Kaiser Permanente et des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC). 

«L’étude a pris en compte des paramètres importants comme l’âge, le sexe, les infections passées au SARS-CoV-2, le statut vaccinal et les comorbidités», a déclaré mercredi Rochelle Walensky, la directrice des CDC, en citant longuement cette étude lors d’une conférence de presse. 

Les résultats montrent ainsi qu’Omicron est «intrinsèquement moins grave» que Delta, et non seulement que des personnes étant davantage immunisées (après une infection passée ou un vaccin) l’attrapent actuellement, explique l’étude. 

Par ailleurs, si ces travaux ont noté une efficacité des vaccins réduite contre les infections liées à Omicron, la protection restait malgré tout substantielle contre les formes graves de la maladie. 

Malgré tout, Mme Walensky a souligné que la très haute contagiosité d’Omicron menait mécaniquement à un grand nombre d’hospitalisations, mettant sous pression un système de soin dont le personnel a déjà été mis à rude épreuve depuis deux ans.

Le pays enregistre actuellement en moyenne 750 000 nouveaux cas par jour, et environ 1 600 décès quotidiennement. 

Plus de 150 000 personnes sont actuellement hospitalisées atteintes de la COVID-19 aux États-Unis, un record. 

À voir aussi

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres