/world/usa
Navigation

Une majorité d’Américains craignent un «effondrement» de leur démocratie

Une majorité d’Américains craignent un «effondrement» de leur démocratie
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une large majorité d’Américains considèrent que l’instabilité politique des États-Unis est la plus grande menace d'un «effondrement» de leur démocratie, selon un sondage paru mercredi qui confirme la profonde division du pays un an après l’assaut du Capitole par des partisans de l’ancien président Donald Trump.  

• À lire aussi: Pour la justice américaine, le gruyère n’est pas forcément suisse ou français

• À lire aussi: Biden s’invite dans les tractations au Sénat sur sa grande réforme électorale

• À lire aussi: Aux États-Unis, le risque de mourir du cancer a été réduit d’un tiers en 30 ans

Selon une enquête de l’Université Quinnipiac, 76% des sondés estiment que l’instabilité politique est la menace la plus grave contre le pays, contre seulement 19% qui citent les pays étrangers adversaires des États-Unis.

Les plus inquiets sont les militants ou sympathisants démocrates (83%, contre 66% des républicains) et les 18-34 ans (80%). 

Par ailleurs, 58% des personnes interrogées craignent un «effondrement» de leur démocratie, contre 37 % qui la considèrent comme assez solide pour surmonter les profondes divisions dans la société américaine.

Le démocrate Joe Biden, qui avait promis, le 20 janvier 2021, de «réconcilier» le pays après le mandat de Donald Trump, semble avoir raté son pari, 53% des Américains estimant que ces divisions empireront dans les années à venir, contre seulement 15% qui prédisent une amélioration. 

«La peur d’un ennemi intérieur plutôt que d’une menace étrangère souligne un amer constat des Américains d'une démocratie en péril et de divisions politiques de plus en plus profondes», a commenté Tim Malloy, de l’Université Quinnipiac.

Le sondage, qui porte sur 1313 adultes américains interrogés du 7 au 10 janvier (marge d’erreur de 2,7 points de pourcentage), confirme d’autres enquêtes récentes.

Deux tiers des Américains estimaient, début janvier, que l’attaque menée par des partisans de Donald Trump contre le siège du Congrès, le 6 janvier 2021, était «le signe d’une violence politique croissante» et que la démocratie américaine était toujours «menacée» un an après, selon un sondage de la chaîne CBS News.

La gravité de cet assaut historique contre le temple de la démocratie américaine est pourtant minimisée par 44% des personnes interrogées par Quinnipiac, selon qui «on en a trop fait» et qui souhaitent «passer à autre chose». Ils étaient 38% en août 2021.

Ce sondage montre également une forte impopularité de Joe Biden, qui ne reçoit que 33% d’opinions favorables, contre 36% en novembre. Une majorité d’électeurs désapprouvent son action dans la lutte contre la COVID-19, sur l'économie ou en politique étrangère.

Pour 49% des sondés, la politique de son administration divise le pays, contre 42% qui pensent qu’elle l’unit.

Les élus du Congrès sont mal lotis aussi, à raison de 62% d’opinions défavorables sur les républicains, contre 59% sur les démocrates.