/news/provincial
Navigation

Bientôt un nouveau nom pour Équipe Marie-Josée Savard

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Claude Villeneuve, chef de l’opposition.

Coup d'oeil sur cet article

Équipe Marie-Josée Savard changera de nom d’ici quelques semaines et le chef, Claude Villeneuve, annonce que le parti politique municipal repart à neuf.

• À lire aussi: Les moments marquants de 2021 en politique municipale

• À lire aussi: Suzanne Verreault désignée comme DG d’Équipe Savard

« On a différentes idées sur la table, mais on veut vraiment faire une démarche pour pas juste changer le nom sur l’enseigne, mais aussi revoir notre identité comme parti », a confié le chef de l’opposition en entrevue, mercredi. 

Un mandat a été octroyé à un consultant pour ce faire. Celui-ci sera payé à même l’allocation versée au parti. On veut revoir l’identité visuelle et même adopter un programme, de nouveaux statuts du parti ainsi qu’une déclaration de principe. 

C’est le changement de nom qui presse le plus, convient le chef. Le nom de Marie-Josée Savard continue d’être associé au parti, même si la candidate à la mairie a quitté la politique après sa défaite. « Si c’est pas au mois de janvier, ça va être au début février. »

Nouveaux statuts

À Équipe Labeaume, qui est devenu Équipe Marie-Josée Savard, il n’y avait pas de statuts et règlements, indique M. Villeneuve.

« On fonctionne avec le cadre légal de base établi par le Directeur général des élections. C’est littéralement de bâtir un parti presque en partant du neuf. C’est un beau défi, c’est intéressant de démarrer un parti qui a neuf élus et qui a déjà du financement public », s’enthousiasme-t-il.

Sans faire table rase du passé, les élus du parti veulent se donner une nouvelle image. « On ne tourne pas le dos à l’héritage de Régis Labeaume. Mais on a vraiment l’occasion de donner à ce parti-là l’identité qu’on veut et qui nous ressemble. »

Dossiers prioritaires

D’ailleurs, dans les premiers mois de 2022, les élus du parti ont l’intention de s’attarder à certains dossiers, dont la qualité de l’air en basse-ville.

Ils attendent impatiemment la réponse du maire, Bruno Marchand, à qui ils demandent de s’opposer à l’augmentation de la norme de nickel permis dans l’air. Ce dernier a promis de se prononcer d’ici le prochain conseil, lundi. 

L’aide aux commerçants, au milieu de la culture ainsi qu’aux itinérants, en cette période difficile, est aussi au menu des sujets sur lesquels ils seront « vigilants », annonce Claude Villeneuve.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla

À voir aussi