/finance/business
Navigation

Chicoutimi: une station-service signée Costco?

Coup d'oeil sur cet article

Costco tient toujours à son projet de station-service à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

TVA Nouvelles a appris que le géant du commerce de détail voulait entreprendre des démarches pour obtenir les autorisations municipales. Pour ce faire, le 15 novembre, Costco aurait mandaté un lobby pour l'accompagner dans ses démarches auprès de la Ville de Saguenay pour obtenir un permis de construction.

Le porte-parole de la Ville de Saguenay, Dominic Arseneault, a confirmé que le terrain visé par l'entreprise pour y implanter sa station-service, au coin des boulevards Talbot et du Royaume était bien zoné pour ce genre de projet. «Le zonage du secteur permet une station-service pour vendre du carburant dans les véhicules individuels», a-t-il dit.

Pour des raisons de confidentialité, Saguenay n’a pas révélé si une demande lui a été adressée, mais Dominic Arseneault a confirmé qu'il n'y avait pas eu de permis délivré, pour l'instant.

Selon le responsable du site Essence Sag-Lac, Éric Dionne, l’arrivée de Costco dans le marché aiderait à maintenir un litre moins cher.

«À Chicoutimi, depuis plusieurs mois, même depuis un an ou deux, les marges sont très basses. Elles sont quasiment inexistantes. L'arrivée de Costco ne changera rien sur la marge au détail, mais la concurrence va demeurer féroce», a souligné M. Dionne.

Il estime qu'une nouvelle station-service opérée par Costco aura toutefois un impact direct sur les prix dans des zones voisines à Chicoutimi.

«Peut-être que ça va donner un effet positif pour les secteurs environnants comme Jonquière et La Baie», a-t-il dit.

Chez CAA-Québec, le directeur des Affaires publiques, Nicolas Ryan, croit aussi qu'un joueur comme Costco aura un effet dans le marché.

«C'est sûr que ça peut être très bénéfique pour le consommateur qui va aller acheter son essence. Costco adopte une politique de prix qui est très agressive. Pour eux, ce n'est pas là qu'ils vont faire leurs profits. Ce qu'ils veulent, c'est d'avoir des membres qui vont aller à leurs entrepôts et ensuite, acheter les produits dans leurs entrepôts. C'est sûr que ça vient favoriser une concurrence plus grande pour les autres joueurs de l'essence.»

Il est toutefois resté prudent sur une chute de prix accentuée qui pourrait être espérée. «Il ne suffit pas d'installer un Costco à un endroit pour faire baisser les prix de cinq ou six cents pour l'ensemble des détaillants. Il y a un ensemble de facteurs qu'il faut considérer.»

Dans le passé au Québec, le géant a fait baisser les prix à la pompe, a témoigné Éric Dionne.

«À Drummondville ou bien dans la région de la Montérégie, Centre-du-Québec où Costco a des postes d'essence, on voit vraiment que le prix est vraiment beaucoup plus proche de Costco.»

Mais dans la Capitale-Nationale, la concurrence n'a pu suivre le rythme de cette concurrence.

«Les premières années que Costco s'est implanté à Québec, on voyait que les détaillants suivaient beaucoup Costco. Des fois, c'est à deux ou trois cents plus chers. Mais maintenant, on voit les écarts de 8, 10 ou 12 cents.»

À son avis, les petits détaillants indépendants pourraient écoper d'une telle guerre de prix. «Ils ne font sûrement pas autant de profits pour pouvoir supporter des marges à la pompe aussi basses.»

Pour opérer une station-service, il faut également être titulaire d'un permis d'utilisation des équipements pétroliers auprès de la Régie du bâtiment, ce qui n'apparait pas encore au nom de Costco à Chicoutimi.

Costco a préféré ne pas commenter.