/opinion/columnists
Navigation

La taxe antivax ne réglera rien

La taxe antivax ne réglera rien
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Nous sommes tous tannés de cette foutue pandémie. On aimerait trouver la recette miracle pour que nous puissions retrouver une vie « normale ».

Les Québécois ont fait leur effort de guerre. On est allé chercher nos deux doses et nous sommes en train d’avoir notre troisième dose.

Pour faire diversion à la suite du départ d’Horacio Arruda, François Legault a lancé la taxe antivax.

Je suis totalement contre cette idée, car elle n’aura pas d’effets dans l’immédiat et elle ne va pas permettre aux Québécois vaccinés de se déconfiner.

Diminuer la grogne

Le premier ministre est conscient que la grogne a augmenté dans la population depuis l’annonce du retour du couvre-feu et des autres mesures le 30 décembre.

Dans un récent sondage Léger, on a vu que le taux d’approbation envers les mesures sanitaires est en chute.

En lançant cette idée de taxe antivax, M. Legault canalise la haine des vaccinés envers les non-vaccinés et refuse de faire face aux problèmes structurels dans le réseau de la santé.

Quand on regarde la situation dans les hôpitaux, il faut regarder les chiffres attentivement.

Même si 100 % des Québécois étaient adéquatement vaccinés, nos hôpitaux seraient débordés, des milliers d’infirmières seraient quand même en arrêt de travail et les Québécois seraient toujours confinés.

Énergie à la bonne place

La machine gouvernementale va dépenser beaucoup de temps à planifier cette taxe. De plus, est-ce qu’on veut une société où nos dossiers de santé sont partagés avec les fonctionnaires de Revenu Québec ?

Je ne pense pas.

M. Legault et ses ministres doivent mettre leurs énergies à la bonne place.

Le gouvernement devrait travailler à régler la situation dans le réseau de la santé en recrutant massivement des infirmières à l’étranger comme le fait l’Ontario.

Une solution simpliste comme la taxe antivax à un problème complexe comme la pandémie, ça ne fonctionnera pas.

En espérant que M. Legault est au courant.