/finance/business
Navigation

Québec investit dans un fonds cofondé par un ex de White Star

Pierre Fitzgibbon assure que ses contacts n’ont pas joué de rôle dans la décision

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, assure que ses contacts n’ont pas favorisé la firme Blue Vision Capital, dans laquelle Québec a investi.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère de l’Économie injecte 16,7 millions $ dans un nouveau fonds lancé par un ancien dirigeant de la firme White Star Capital, avec laquelle le ministre Pierre Fitzgibbon a déjà investi personnellement.

• À lire aussi: PwC commandite l’évitement fiscal

• À lire aussi: Fitzgibbon a envisagé de ne pas revenir après son exclusion

• À lire aussi: M. Fitzgibbon, prenez une bonne résolution pour 2022

Le fonds en question s’appelle Blue Vision Capital et a été fondé l’an dernier par le Montréalais ​​Meir Rabkin et Lylan Masterman, un Québécois qui vit aux États-Unis depuis plus de 20 ans.

De juillet 2014 à décembre 2020, M. Masterman a travaillé pour White Star Capital. Il a notamment dirigé le bureau new-yorkais de la firme fondée par le Québécois Eric Martineau-Fortin, qui vit aujourd’hui à Guernesey.

« Je ne le connais pas », a déclaré hier le ministre au cours d’un entretien téléphonique.

En mars 2021, Le Journal a révélé que M. Fitzgibbon a présenté M. Martineau-Fortin au premier ministre François Legault lors d’un voyage à Paris, en 2019.

Démission

En juin 2021, le ministre a dû démissionner de son poste après un rapport de la commissaire à l’éthique indiquant qu’il détenait toujours un placement dans un fonds de White Star alors que la firme avait des relations avec l’État. Il a réintégré le cabinet en septembre après avoir vendu ses intérêts financiers.

À ce jour, Québec a investi plus de 45 millions $ dans des fonds de White Star, soit 24,75 millions $ l’an dernier, 10 millions $ en 2018 et 10,6 millions $ US en 2014.

Pierre Fitzgibbon a expliqué hier que le gouvernement investit dans le fonds Blue Vision Capital parce que celui-ci a été retenu dans le cadre du Concours des fonds d’amorçage du Québec, organisé par Investissement Québec, la Caisse de dépôt, le Fonds FTQ et Fondaction CSN. 

Plus de 30 M$ de fonds publics

Ensemble, les quatre partenaires misent 32,5 millions $ sur Blue Vision, qui devra recueillir 7,5 millions $ auprès d’investisseurs privés.

Près de 100 millions $ doivent être investis dans de jeunes entreprises sélectionnées par le Concours des fonds d’amorçage. La moitié de la somme proviendra du gouvernement et le reste, des trois autres institutions financières.

« Comme gouvernement, nous voulons augmenter de façon substantielle le nombre de gestionnaires de fonds d’amorçage », a affirmé M. Fitzgibbon.

Joint par Le Journal, M. Rabkin a précisé que Blue Vision cible des investissements dans les secteurs de l’électrification des transports, de l’énergie renouvelable, de la valorisation des déchets, de l’agriculture durable et du logiciel.


Ils investissent dans le nouveau fonds Blue Vision Capital  

  • Gouvernement du Québec : 16,7 M$  
  • Caisse de dépôt, Fonds FTQ et Fondaction CSN : 15,8 M$  
  • Investisseurs privés : 7,5 M$  

À voir aussi