/news/education
Navigation

Retour en classe lundi: parents heureux, enseignants inquiets

Coup d'oeil sur cet article

Si le retour en classe dès lundi est généralement reçu comme une bonne nouvelle, il inquiète les enseignants qui ont un peu l’impression d’être jetés dans la gueule du loup.

• À lire aussi: Le nombre de cas ne sera plus recensé dans les écoles

• À lire aussi: «Délestage» et «parents volontaires» en renfort dans les écoles

«On se demande si les préoccupations sont du côté de la propagation ou de ramener les gens au travail», confie la présidente du Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, Claudia Cousin.

Les directions d’établissements, quant à elles, espèrent avoir accès à des tests rapides pour le personnel et les jeunes du secondaire. 

Certains établissements sont aussi dubitatifs devant le fait qu’ils devront se fier presque aveuglément aux parents pour la déclaration des cas de COVID-19. 

«On se fie à la bonne foi de tout le monde. J'ai fait mon test rapide et il a été négatif ou j'ai fait mon test rapide et il a été positif», dit Julie L'Heureux, porte-parole du Regroupement des établissements d’enseignement privés.

Devant le manque de personnel, un enseignant positif, mais asymptomatique pourrait devoir donner son cours de la maison.

Le bonheur des petits et des grands

L’annonce confirmée par le premier ministre François Legault, jeudi, fait le bonheur des enfants, mais aussi de plusieurs grands-parents.

«Un méchant beau casse-tête. Parce que les cours en zoom ne se suivent pas tous. Un petit répit, maman, papa continuent à travailler, oups, un autre cours. Ce n’est pas évident !», décrit une grand-maman qui a passé la semaine avec ses petits-fils.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.