/opinion/columnists
Navigation

Taxer les non-vaccinés? Oui et vite!!!

Taxer les non-vaccinés? Oui et vite!!!
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Gardons cela le plus simple possible pour que tous comprennent.

« Là, c’est sûr qu’on va perdre du monde », dit le président du Conseil de la protection des malades.

Perdre « du monde », ça veut dire que « du monde » va mourir.

« C’est une lutte contre la montre. C’est un drame parce qu’on sait que le cancer progresse. L’attente génère des thérapies plus importantes pour guérir, et on perd ses chances de guérison », dit le président des oncologues.

« Ça ne peut pas être plus dur que c’est présentement », dit le président des orthopédistes.

  • Écoutez la chronique de Joseph Facal au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio :

Citoyens ?

Quel intérêt ont-ils à ne pas dire la vérité ? Aucun.

Pourquoi sont-ils aussi alarmés ? Parce que les hôpitaux débordent. 

Qui les fait déborder ? Les non-vaccinés... soignés aux frais des vaccinés.  

Il y a deux semaines, les 10 % de non-vaccinés représentaient 50 % des hospitalisations... avant que l’impact des rassemblements de Noël se fasse pleinement sentir.

Faut-il, dans ces circonstances, serrer la vis aux non-vaccinés ? AB-SO-LU-MENT.

On s’est beaucoup trituré les entrailles quand le président français, Emmanuel Macron, a dit son intention « d’emmerder » les non-vaccinés.

On aurait dû davantage écouter la suite de son propos.

« Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. » 

Le citoyen est en effet quelqu’un qui signe un contrat social implicite : on lui reconnaît des droits qui viennent avec des responsabilités, notamment le respect du droit des autres à leur liberté et à leur sécurité.

La société n’est pas un buffet dans lequel on choisit ce que l’on veut pour ensuite partir sans payer.

Ce feu rouge m’emmerde ? Vais-je invoquer « ma liberté » ?

Taxer les non-vaccinés serait-il légal ? Très probablement. La vaccination obligatoire est déjà permise par la loi québécoise.

Un récalcitrant pourrait-il invoquer la Charte des droits ? 

Le gouvernement pourrait invoquer le caractère « réel et urgent » de la situation. 

Hormis d’être bombardés, je ne vois guère ce qui pourrait être plus exceptionnel que ce que nous vivons.

La taxe devrait aussi s’accompagner de l’obligation du passeport vaccinal pour entrer dans tous les commerces non essentiels.

Beaucoup se choquent de voir le gouvernement agir par décret. C’est le cas partout.

Beaucoup s’interrogent sur l’efficacité de la taxe en voulant des preuves. Il n’en existe pas tant la situation est inédite.

Beaucoup craignent que ces mesures fassent reculer durablement nos libertés. Peu probable. 

Des mesures autrement plus draconiennes furent imposées pendant les guerres et la démocratie retrouva tous ses droits quand les choses redevinrent plus normales. 

Vite !

Le gouvernement Legault doit bien voir que la glace commence à craquer sous ses patins.

Il est pénible de se faire appeler à la solidarité sous les rires moqueurs de ceux qui ne pensent qu’à eux.

Le gouvernement ne doit pas hésiter. Quand le feu est pris, on ne crée pas un comité pour analyser la grosseur idéale des boyaux.

Taxer les non-vaccinés ? Oui et vite.