/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: beaucoup de délestage au Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

L'augmentation constante du nombre d'hospitalisations liées à la COVID-19 au Saguenay-Lac-St-Jean crée une pression sans précédent sur le réseau régional de la santé et sur ses travailleurs.

• À lire aussi: Traitements et chirurgies reportés: une femme atteinte de cancer lance un cri du cœur

La hausse anticipée dans les prochains jours n'a rien de rassurant. Les besoins de main d'œuvre n'ont d'ailleurs jamais été aussi criants.

«Je ne vous cacherai pas que le moral des troupes n'est pas à son meilleur, a admis le porte-parole du comité de coordination COVID du CIUSSS du Saguenay-Lac-St-Jean, le Dr Hugo Villeneuve. Il y a une grande solidarité actuellement. Les équipes s'entraident, c'est ce qu'on voit beaucoup sur le terrain et c'est ce qui nous aide à garder le moral dans cette situation.»

Une situation que le médecin qualifie lui-même de critique.

«C'est critique pour la majorité, même la totalité des secteurs, a-t-il précisé. On fonctionne autour de 50 % de nos activités.»

Actuellement dans la région, le délestage est toujours au niveau 3 et les autorités de la santé tentent par tous les moyens de le maintenir en faisant notamment appel à la collaboration de tous les travailleurs, même des médecins spécialistes, pour prendre soins des patients atteints de la COVID.

«Ça prend des équipes dédiées aux patients hospitalisés atteints de la COVID, a expliqué le médecin. Il y a des spécialités qui ne font généralement pas d'hospitalisations, mais certains se sont récemment portés volontaires pour aller aider sur ces équipes-là.»

Il est toutefois pratiquement impossible pour les autorités régionales de la santé de ne pas avoir recours aux arrêtés ministériels pour éviter les bris de services.

Des travailleurs ont déjà été avisés qu'ils seraient privés de vacances selon les représentants syndicaux.

«Il va y avoir des annulations de congés, des annulations de vacances, des déplacements, de l'imposition de 12 heures, il va falloir un peu d'humain dans la gestion des prochains jours pour éviter que nos membres atteignent un point de rupture, a soutenu la présidente du Syndicat des professionnels en soins affilié à la FIQ, Julie Boivin. Une infirmière qui part un mois en maladie, c'est moins payant que d'imposer une journée de travail de plus au final.»

«Les personnes qui sont sur des lits actuellement sont majoritairement non vaccinés, donc ça met un fardeau supplémentaire sur une situation déjà fragile, a souligné le Dr Villeneuve qui invite à son tour les non-vaccinés à faire leur part pour le bien-être de la communauté et du système de santé. On le voit en tant que médecin que les patients vaccinés ont des profils plus faciles à gérer du point de vue médical.»

À voir aussi

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres