/opinion/faitesladifference
Navigation

En souvenir de Gaston Arel, organiste (1928-2021)

En souvenir de Gaston Arel, organiste (1928-2021)
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le grand musicien, organiste, pédagogue et animateur culturel Gaston Arel est décédé le 28 décembre 2021 à l’âge vénérable de 93 ans. Il fut mon maître au Conservatoire de musique de Montréal et je voudrais apporter ce témoignage.

En effet, le monde de la musique et en particulier le monde de l’orgue sont en deuil de l’un de leurs plus éminents représentants.

Récitaliste de renom, il s’est fait entendre en concert dans de nombreuses villes au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Belgique, en France, en Angleterre et en Ukraine, que ce soit à titre de soliste ou de chambriste, au piano ou à l’orgue.

Auteur d’une riche discographie, il a joué à de nombreuses reprises sur les ondes de Radio-Canada et de la CBC, en plus d’avoir créé nombre d’œuvres de compositeurs québécois, dont la Troisième Sonate pour orgue (1960) et le Concerto en mi (pour orgue et orchestre) de Raymond Daveluy (1980), les Variations en passacaille d’André Prévost (1984), les Variations pour orgue, opus 42 (1986) de Jacques Hétu et la Suite en hommage à Casavant Frères de Claude Thompson (2004).

En 2001, à l’occasion du 40e anniversaire de l’installation de l’orgue Beckerath de l’église de l’Immaculée-Conception de Montréal, que nous lui devons, Gaston Arel y donna deux récitals, dont l’un fut consacré à l’exécution intégrale de l’Orgelbüchlein de Jean-Sébastien Bach, et qui lui valurent le prix Opus d’«interprète de l’année» du Conseil québécois de la musique.

Organiste titulaire de la cathédrale de Saint-Hyacinthe (1945-1953), de l’église de l’Immaculée-Conception de Montréal (1954-1974), de l’abbaye cistercienne Notre-Dame-du-Lac d’Oka (1984-2009), puis de l’abbaye Val-Notre-Dame de Saint-Jean-de-Matha (2009-2014), Gaston Arel fut l’un des chefs de file du mouvement de retour à l’orgue à traction mécanique et il a contribué, par ses conseils, à l’installation de plusieurs instruments remarquables au Québec.

Pédagogue réputé, il enseigna le piano et l’orgue au Séminaire de Saint-Hyacinthe (1951-1964), les matières théoriques, l’harmonie et l’orgue au Conservatoire de musique de Trois-Rivières (1964-1969, 1976-1977) et, enfin, au Conservatoire de musique de Montréal (1964-1996), en plus d’enseigner l’orgue lors d’académies estivales à la Villa Musica de Saint-Jean-des-Piles (1965-1966), ainsi qu’au Centre d’art Orford (1973-1979).

En plus de 75 ans de carrière, Gaston Arel, animateur social infatigable, fut à l’origine ou contribua à l’essor de plusieurs mouvements culturels, dont les Jeunesses musicales du Canada (JMC), l’Académie de musique du Québec (et son Prix d’Europe), Ars Organi, les Amis de l’orgue de Montréal (AOM) et la Fédération québécoise des amis de l’orgue (FQAO).

Gilles Lefebvre (1922-2001), son ami et ancien compagnon de route aux Jeunesses musicales, écrivait en 1994: «Gaston Arel semble toujours être là lorsqu’une action s’impose pour protéger ou faire avancer la musique, ses créateurs et interprètes, l’orgue et ses adeptes. Il a choisi pour carrière un instrument à sa ressemblance, celui qui peut à la fois être très discret, mais aussi plus sonore, à lui seul, que tout un orchestre. Il a choisi un instrument qui semble lui dicter sa façon d’être au milieu de notre société. Il est l’excellent artiste musicien qui va son petit bonhomme de chemin, droit devant lui. Voilà ce que j’aime à penser de lui.»

Hommage à ce bâtisseur et pionnier de la musique au Québec. Son œuvre lui survivra pour longtemps. Nos condoléances à son épouse des 66 dernières années, l’organiste Lucienne L’Heureux-Arel.

Antoine Leduc

Organiste

Ancien secrétaire de la Fédération québécoise des amis de l’orgue (1997-2004)

Avocat émérite au Barreau du Québec