/entertainment/movies
Navigation

«Hôtel Transylvanie: transformanie»: ensoleillé et rigolo

«Hôtel Transylvanie: transformanie»: ensoleillé et rigolo
Capture d'écran Youtube

Coup d'oeil sur cet article

Le quatrième et dernier volet de ces délires animés est très léger et tout aussi coloré, ce qui plaira assurément aux plus jeunes. 

• À lire aussi: Les films américains les plus attendus de 2022

Dracula (voix de Brian Hull en version originale, il remplace Adam Sandler) songe sérieusement à la retraite et à remettre les clés de son hôtel à sa fille adorée, Mavis (Geneviève Dery dans la version doublée au Québec). Mais son amoureux, Johnny (voix de Gabriel Lessard) n’inspire par confiance à Drac, le jeune homme voulant se lancer dans une série de changements que désapprouve son futur beau-père.

Parce qu’il faut bien inventer de nouveaux rebondissements, Van Helsing, père d’Ericka (voix de Kathryn Hahn en version originale), la dulcinée de Drac, manie mal son pistolet qui transforme les humains en monstres et les monstres en humain. Johnny devient donc un dragon... et Drac un homme ordinaire. Puisqu’il est impossible de faire fonctionner l’arme, brisée dans le processus, Drac et Johnny doivent se rendre dans la forêt amazonienne pour y trouver un cristal magique. Voilà pour l’intrigue, folle et incohérente à souhait.

Ce quatrième volet tombe dans l’imaginaire le plus débridé – au contraire des précédents longs métrages, dont l’humour reposait sur l’identification possible avec certains personnages ou certaines situations –, les effets comiques reposant sur l’absurde. On note néanmoins le fait que les réactions du dragon qu’est devenu Johnny sont aptes à donner quelques leçons aux enfants sur la colère, le ressentiment et l’importance – comme toujours – de la famille et des liens de confiance.

«Hôtel Transylvanie: transformanie» n’a pas, non plus, les prétentions artistiques du premier volet. Si les animateurs s’en donnent à cœur joie dans certaines séquences – celles de la forêt amazonienne sont vraiment splendides –, le plaisir de l’inédit n’est plus au rendez-vous. Mais ce n’est pas bien grave, le divertissement est là.

Note: 3 sur 5


  • Le film est disponible dès le 14 janvier via Amazon Prime Video.