/misc
Navigation

La CAQ excelle dans les diversions

La CAQ excelle dans les diversions
Photo Andréanne Lemire

Coup d'oeil sur cet article

Il y a une semaine, rien n’allait au gouvernement.

On le sentait désorganisé, les bévues se multipliaient et les critiques se durcissaient.

Le dernier sondage Léger en témoigne : 65 % des Québécois sont satisfaits de la gestion pandémique du gouvernement, une baisse de 14 % depuis novembre dernier.

Le traîneau caquiste amorçait une descente. Et lorsqu’un traîneau dévale, il devient difficile à arrêter.

Il fallait un coup d’éclat au gouvernement. Quelque chose qui marquerait les esprits, et qui changerait le récit médiatique.

Politiquement habile

Il a sorti un drôle de lapin de son chapeau : une « contribution santé » pour les non-vaccinés.

Pas une taxe ni un impôt – les mots ont leur importance – mais bien une contribution. Ça donne une meilleure impression de justice.

Une contribution, dont ni le montant ni les modalités n’ont été dévoilés. Ce n’est pas un hasard. Les spéculations prendront le dessus sur les critiques.

C’est un coup politique et médiatique habile.

Les partis d’opposition, eux, sont piégés.

Ils devront soit être en accord avec la contribution ou bien défendre les exaspérants non-vaccinés, tandis que le gouvernement se voudra l’écho de la majorité exaspérée.

La CAQ a tout avantage que le débat se déplace sur ce terrain à l’abri des autres questions.

Et puis, si la vague se calme et qu’on voit que l’applicabilité d’une contribution est exagérément compliquée, on pourra même affirmer qu’elle n’est plus nécessaire.

Sur tous les fronts, incluant celui du cynisme, le gouvernement est gagnant.

Contrôle du message

Le départ du Dr Horacio Arruda ne pas fait exception à cette habile diversion. Son départ, qui n’était plus une démission, mais un « commun accord », ne reposait pas sur une « érosion de l’adhésion », mais seulement du fait que le docteur était fatigué. Son départ a des avantages, dixit François Legault.

Et on finit la semaine avec l’abolition de la mesure la plus restrictive et la moins plébiscitée : le couvre-feu.

La CAQ a repris le contrôle du message au moyen de sa principale qualité : la communication.

Le traîneau qui descendait s’est finalement arrêté.