/sports/tennis
Navigation

Djokovic jouera ou pas?

Le Serbe a été renvoyé en rétention avant les Internationaux d’Australie

Coup d'oeil sur cet article

L’étau se resserre autour de Novak Djokovic. Pour une deuxième fois en quelques jours, son visa en sol australien a été annulé et il a été placé en rétention.  

• À lire aussi: L’Australie dit rester ferme sur ses règles anti-Covid, la décision sur Djokovic se fait attendre

• À lire aussi: Tennis : Djokovic «fait passer la majorité des joueurs pour des idiots», estime Tsitsipas

• À lire aussi: Peu d’appuis chez les autres joueurs

À mesure que les heures défilent, les chances de voir le premier joueur mondial, qui est arrivé en Australie avec le statut de non-vacciné contre la COVID-19, disputer le premier tournoi majeur de la saison sont de plus en plus minces. 

Djokovic, qui est représenté par plusieurs avocats devant les autorités australiennes, pourrait manquer de temps alors qu’il doit disputer son premier match dans la nuit de lundi, à l’heure de Montréal. 

Malgré son bras de fer avec le ministère de l’Immigration, Djokovic a pu s’entraîner lors des derniers jours dans les installations du tournoi en attendant la conclusion de son dossier. Il est en quête d’un 10e titre majeur en Australie et d’un 21e en carrière, un record. 

Le ministre de l’Immigration, Alex Hawke, a annoncé vendredi la deuxième annulation du visa australien du joueur de tennis « sur des bases sanitaires et d’ordre public ». Une décision aussitôt appuyée par le premier ministre de l’Australie, Scott Morrison. 

« Les Australiens ont fait de nombreux sacrifices pendant cette pandémie et souhaitent à juste titre que le résultat de ces sacrifices soit protégé », a défendu Morrison.

Son homologue serbe, Aleksandar Vucic, ne digère pas ce qui se passe avec son célèbre compatriote. 

« Pourquoi le maltraitez-vous, pourquoi vous en prenez-vous non seulement à lui, mais aussi à sa famille et à toute la nation, s’est insurgé Vucic sur Instagram. Si vous vouliez interdire à Novak Djokovic de remporter un 10e trophée à Melbourne, pourquoi ne l’avez-vous pas renvoyé immédiatement ? »

« Pourquoi ne lui avez-vous pas dit qu’il était impossible d’obtenir un visa pour votre pays ? » a ajouté M. Vucic, avant de conclure : « Novak, nous sommes à tes côtés ! »

Novak Djokovic ne savait pas encore vendredi soir s’il allait pouvoir défendre son titre aux Internationaux d’Australie, lui qui a remporté les trois dernières finales masculines.
Photo AFP
Novak Djokovic ne savait pas encore vendredi soir s’il allait pouvoir défendre son titre aux Internationaux d’Australie, lui qui a remporté les trois dernières finales masculines.

Quarantaine forcée

Le gouvernement australien a finalement décidé vendredi soir de replacer Djokovic en rétention, possiblement dans un hôtel de quarantaine. Sa seule sortie autorisée serait sa présence aux procédures. 

Est-ce que Djokovic a l’intention de baisser les bras ? 

« Djokovic est extrêmement bien armé et dispose d’une équipe compétente autour de lui. Il peut soit rester et se battre, soit partir », a expliqué l’avocat spécialisé en immigration Christopher Levingston à l’AFP. 

Il serait surprenant que l’athlète de 34 ans décide, de son propre chef, de quitter l’Australie sans jouer le Grand Chelem. Le gouvernement australien devra obtenir un jugement pour le faire. 

Un pays « fasciste » ?

Le débat entourant la situation a rapidement dépassé les cadres sportifs. La population de la Serbie s’est rangée derrière son héros national. 

À Belgrade et à Melbourne, on a assisté à des manifestations en appui au premier joueur mondial au cours des derniers jours. 

« L’Australie, qui a toujours été à mes yeux un pays de libertés, le rêve de tous, comme les États-Unis, est devenue un pays fasciste, critique un partisan de Djokovic, Mirko Herceg. Ce qu’ils font, c’est du fascisme. »

Si « Nole » n’est pas en mesure de participer au tournoi australien, il pourra repartir à la chasse de son 21e titre majeur, en mai, lors du prochain tournoi de Roland-Garros. 

Toutefois, il faudrait attendre de voir les restrictions qui seront en vigueur en France à ce moment-là. Ce sera un dossier à suivre.

La chronologie du « Djokergate »  

16 décembre

Djokovic est en contact avec plusieurs personnes qui ont obtenu un résultat positif lors d’un match de basketball. Un test PCR confirme qu’il est atteint du virus. 

17 décembre

Il assiste à une rencontre avec de jeunes joueurs après avoir obtenu un résultat négatif à un test antigénique.

4 janvier 

Le Serbe annonce qu’il a obtenu une dérogation pour participer aux Internationaux d’Australie. Par contre, les joueurs doivent fournir un certificat de vaccination ou une exemption médicale fournie par des experts indépendants.

5 janvier

Djokovic arrive en Australie, mais il est bloqué à l’aéroport de Melbourne, car il n’a pas rempli le bon formulaire pour son visa. On veut qu’il fournisse la preuve de sa dérogation médicale. Son visa est annulé. 

6 janvier 

Le premier joueur mondial dépose un recours en justice contre cette annulation et cette expulsion. Il est placé dans un centre de rétention. 

10 janvier

Un juge australien ordonne la libération de Djokovic et l’athlète de 34 ans peut reprendre l’entraînement. 

13 janvier

Le tirage au sort est effectué. Le nom du favori est inséré dans le tableau principal comme prévu. 

Vendredi

Deuxième annulation du visa de Djokovic. Il a plus tard été renvoyé en rétention durant l’examen de son recours. S’il est expulsé du pays, il pourrait être banni de séjour en Australie durant une période de trois ans. 

À voir aussi