/news/transports
Navigation

Le contrat du tramway fait saliver

Les employés de l’usine de La Pocatière espèrent qu’Alstom va remporter la mise

Tramway
Illustration d'archives Une esquisse du projet de tramway de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les employés de Bombardier Transport (Alstom) à La Pocatière dans le Bas-Saint-Laurent estiment qu’ils sont les mieux placés, à 1 h 15 de Québec, pour fabriquer les rames du futur tramway de la capitale. 

• À lire aussi: Alstom et Siemens lèvent la main pour le tramway de Québec

• À lire aussi: Marchand nie vouloir «emmerder» les autos

Joint par Le Journal, le président du syndicat des employés, Claude Michaud, salive déjà à l’idée de décrocher ce lucratif contrat, lequel pourrait procurer du travail à l’usine pendant plusieurs années.

Rappelons que la multinationale française Alstom — qui a complété l’acquisition de Bombardier Transport en janvier 2021 — livrera bataille au groupe allemand Siemens (qui a également des installations au Canada) pour tenter d’obtenir le contrat de conception, fourniture et entretien du matériel roulant. 

La Ville a confirmé plus tôt cette semaine que les deux concurrents ont déposé leur candidature. S’ils se qualifient, ils seront invités à participer à un appel de propositions qui doit être lancé en février prochain. Selon le calendrier fourni par la Ville de Québec aux soumissionnaires, le gagnant doit être annoncé en juin.

La signature du contrat et le début de la conception sont prévus en septembre. La construction du projet doit débuter en 2023 et la mise en service est planifiée à l’automne 2028.

Gagner la course

« C’est certain que nous autres, depuis le début, on veut être dans la course puis gagner la course. On l’a toujours dit : À La Pocatière, on a l’expertise, on a une usine, on a de la place, on a toujours livré des produits de qualité et on est à proximité de la ville de Québec, donc je pense que c’est un avantage pour nous », a exprimé Claude Michaud au bout du fil.

« Tous les contrats sont cruciaux », a-t-il insisté, rappelant que le contrat des trains Azur du métro de Montréal venait de se terminer. 

Les employés planchent actuellement sur la livraison de tramways pour Toronto et s’apprêtent à « commencer bientôt » un autre contrat pour le SkyTrain de Vancouver, en plus d’un autre contrat de trains pour le New Jersey Transit. 

Actuellement, près de 300 personnes travaillent à l’usine selon le syndicat, mais ils pourraient être encore bien plus nombreux.

56 M$ pour moderniser l’usine

L’an dernier, le gouvernement du Québec a accordé un prêt de 56 M$ afin de moderniser l’usine de La Pocatière. 

Ce prêt pourrait se transformer en subvention si Alstom maintient un seuil minimal d’environ 400 emplois jusqu’en 2026 et de 350 entre 2026 et 2029. 

Les exigences de contenu canadien (25 % du matériel et assemblage final au Canada) pour le projet de Québec donnent aussi beaucoup d’espoir au syndicat de La Pocatière.

Tant chez Alstom que chez Siemens, les responsables des communications joints par Le Journal dans les deux derniers jours ont dit ne pas être en mesure de commenter le processus en cours à Québec.

À VOIR AUSSI...