/opinion/columnists
Navigation

Les antivax, une vraie secte

GEN-FRANCOIS-LEGAULT
Photo Agence QMI, Joël Lemay Si François Legault veut calmer les critiques, il devrait transformer sa taxe aux non-vaccinés en cadeau pour les vaccinés.

Coup d'oeil sur cet article

Le comportement des adeptes des théories de conspiration autour des vaccins contre la COVID-19 ressemble à celui des membres d’une secte.

Lorsque j’étais président de l’Office des professions du Québec, nous avions effectué une analyse de différentes approches de développement personnel dans le cadre d’une vaste étude sur les médecines alternatives.

Une des personnes consultées était un expert de la question des sectes. Il avait décrit certains éléments constants dans leurs approches pour recruter de nouveaux membres :   

  • Instaurer un sentiment d’incertitude et de doute sur tout dans leur vie.   
  • Faire croire qu’ils vont partager des secrets que d’autres ne peuvent pas comprendre mais qui les aideront.   
  • Convaincre les recrues qu’elles ne peuvent même pas faire confiance à leur famille.      

Il nous avait surtout avertis que n’importe qui de vulnérable pouvait tomber là-dedans. Ce n’était pas une question d’éducation ou d’intelligence.

  • Écoutez Thomas Mulcair et Jean-François Lisée au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

NIER L’ÉVIDENCE INCONTOURNABLE

Cette étude m’est revenue à l’esprit cette semaine lorsque j’ai écrit une chronique destinée au site web d’un réseau de télé anglophone où je collabore, et qui portait sur les antivax.

La lecture des réponses que j’ai reçues m’a fait penser à cette description du comportement des sectes à l’égard de leurs ouailles.

Face à une information – objective et incontournable – selon laquelle les non-vaccinés occupent un nombre disproportionné de lits dans les hôpitaux, les dévoués du culte des antivax ont une réponse toute faite. Ils mettent en doute les chiffres officiels et ils inventent les leurs. (Ils ont « fait leurs recherches ».)

Ils me demandent combien j’ai été payé par « Big Pharma » (les grandes compagnies pharmaceutiques). Ils parlent de Nuremberg...

C’est un véritable kaléidoscope de vérités alternatives, soutenues par rien, mais livrées avec un ton convaincu et alarmiste. Eux savent. Tous les autres (bien sûr, moi inclus) sont dupes et font partie d’une vaste conspiration gouvernementale et industrielle.

Une collègue avec qui je travaille du côté anglophone a vécu exactement la même chose cette semaine lorsqu’elle a écrit une analyse sur l’irresponsabilité des non-vaccinés. Les antivax n’entendaient pas à rire et elle a eu droit à des courriels menaçants.

DES GARANTIES CLAIRES

Monsieur Legault a dit deux choses très claires cette semaine. Il n’est pas question de restreindre l’accès aux soins pour les non-vaccinés. Et personne ayant une raison médicale de ne pas être vacciné ne sera pénalisé.

Il fallait lire les « experts » commenter l’idée de Legault de faire payer les non-vaccinés. On se bousculait pour dire que la proposition québécoise limitait l’accès aux hôpitaux, alors que Legault avait dit exactement le contraire. Les fausses nouvelles ne sont pas l’apanage des complotistes !

Legault bénéficie de l’appui du public, et les antivax le savent. Ils savent aussi que leur secte perd des dizaines de milliers de fidèles qui font maintenant la queue pour avoir leur première dose.

DÉSARÇONNER LES CRITIQUES

Si monsieur Legault veut désarçonner certaines critiques, il devrait faire deux choses.

D’abord, changer son « malus » en « bonus ». Au lieu de taxer ou mettre à l’amende les non-vaccinés, il devrait donner un crédit d’impôt aux vaccinés.

Deuxièmement, faire un effort majeur pour aller rejoindre les communautés et quartiers avec les plus faibles taux de vaccination. Faire une offre active, aller vers les gens et rehausser la facilité d’accès.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.