/news/provincial
Navigation

Normes sur le nickel: Villeneuve accuse Marchand de vouloir épargner le gouvernement

Coup d'oeil sur cet article

En tardant à se positionner sur l’enjeu du nickel, le maire Bruno Marchand cherche surtout à ne pas froisser le gouvernement Legault, a déploré le chef de l’opposition Claude Villeneuve.

• À lire aussi: Nickel: assez de «toujours dans votre cour» !

Fin 2021, M. Villeneuve a déposé un avis de proposition dans lequel il réclamait que «le conseil (municipal) exprime son opposition à l’adoption du règlement visant un ajustement de la norme sur le nickel dans l’air ambiant». 

Alors qu’il espérait une réponse lors du conseil municipal de lundi, il a appris vendredi que l’administration municipale attendra finalement le conseil du 7 février avant de se prononcer.

«La consultation (gouvernementale) concernant cette modification réglementaire significative se termine le 20 février et il est permis de craindre qu’en tardant autant à s’inscrire dans le débat, la voix de la Ville de Québec ne soit pas entendue», écrit-il dans une lettre ouverte à lire sur notre site

Interrogé par Le Journal, M. Villeneuve a dit sentir «une volonté du maire de protéger sa relation avec le gouvernement. Il craint d’indisposer le gouvernement en s’opposant à la modification réglementaire.» 

Comité plénier d’envergure

Au cabinet du maire, l’attaché de presse Thomas Gaudreault a soutenu que l’administration municipale voulait d’abord « écouter la science » avant de prendre position. Un comité plénier sera organisé d’ici le 7 février. Divers intervenants — comme des experts, des représentants d’associations, des fonctionnaires de la Ville et du gouvernement — y prendront part. Habituellement, les pléniers permettent aux fonctionnaires d’un service de la Ville de répondre aux interrogations des élus. Or, ce comité plénier sur le nickel sera d’une plus grande envergure. 

«C’est une nouvelle façon de faire pour un enjeu qui est assez sensible. Ça mérite une situation exceptionnelle», a convenu M. Gaudreault. Le porte-parole a nié que M. Marchand soit tenté de ménager le gouvernement. «Je ne pense pas qu’écouter la science, c’est se plier devant le gouvernement. On va chercher toute l’information et ensuite on va pouvoir prendre position», a-t-il répliqué.

À VOIR AUSSI...