/finance/business
Navigation

Passeport vaccinal: exemption réclamée pour les grandes quincailleries

Les partis d’opposition considèrent qu’il s’agit de commerces essentiels

ARG-RENO-DEPOT-CHANGEMENTS
Photo d'archives À compter du lundi 24 janvier, les non-vaccinés n’auront plus accès aux quincailleries dont la superficie est de 1500 mètres carrés et plus, puisque le passeport vaccinal y sera exigé, a confirmé le cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que certains commerçants se plaignent de l’imposition du passeport vaccinal dans les grandes surfaces, libéraux et solidaires considèrent qu’il s’agit d’un mal nécessaire. Ils souhaitent toutefois que les quincailleries fassent exception à la règle.

• À lire aussi: Passeport vaccinal: un défi pour les grandes surfaces

• À lire aussi: Passeport vaccinal dans les grandes surfaces: Renaud-Bray exhorte Québec à faire marche arrière

Vérification faite auprès du cabinet du ministre de la Santé, Christian Dubé, à compter du 24 janvier, le passeport vaccinal sera bel et bien exigé dans les quincailleries d’une superficie de 1500 mètres carrés et plus.

Comme annoncé jeudi, les non-vaccinés n’auront plus accès aux commerces tels que Walmart, Costco et Canadian Tire. Seules les épiceries et les pharmacies seront exemptées.

L’objectif est de protéger « autant les vaccinés que les non-vaccinés entre eux », fait valoir l’attachée de presse de M. Dubé, Marjaurie Côté-Boileau.

La cheffe libérale Dominique Anglade s’explique mal pourquoi les quincailleries ne font pas partie des commerces essentiels bénéficiant d’une exemption. Il s’agit, selon elle, d’une autre « incohérence » parmi les mesures décrétées par le gouvernement.

Le député de Québec solidaire, Vincent Marissal, est essentiellement du même avis. « Si tu as un tuyau qui pète, ça te prend du matériel », illustre-t-il.

« Le gouvernement doit faire preuve de cohérence », a également réagi le chef parlementaire du Parti Québécois, Joël Arseneau. « Les quincailleries étaient des services essentiels pendant le confinement de la première vague », a-t-il rappelé.

Un pas dans la bonne direction

Autrement, la cheffe du PLQ, qui milite depuis un moment pour élargir l’utilisation du passeport vaccinal, juge que son imposition dans les grandes surfaces est « un pas dans la bonne direction ».

« Si les restaurants sont capables d’utiliser le passeport vaccinal, je ne vois pas pourquoi les Walmart de ce monde ne seraient pas capables de le faire », considère-t-elle.

« C’est la plus raisonnable de toutes les mesures désagréables, puisqu’il faut quand même passer un petit message aux gens qui ne sont pas vaccinés », estime pour sa part le député solidaire de Rosemont.

« Honnêtement, aller traîner pendant deux heures de temps chez Costco en tripotant tous les produits, puis en attendant les dégustations au bout de toutes les allées, je ne suis pas sûr que ce soit une bien bonne idée si tu n’es pas vacciné, croit M. Marissal. Et est-ce que c’est essentiel ? La réponse, c’est non. »

Moins claire

La position du Parti Québécois face à cette mesure est moins claire. « Y a-t-il plus de risques de contagion dans les grandes surfaces ? Quelle sera l’étape suivante ? » se questionne M. Arseneau.

« Le gouvernement ne nous a pas consultés lors de la mise en place du passeport vaccinal. Là, il en annonce l’élargissement à la pièce, au gré des sondages », dénonce-t-il.

À voir aussi