/sports/others
Navigation

Ski acrobatique: le rêve olympique de Kerrian Chunlaud sur pause

Ski acrobatique: le rêve olympique de Kerrian Chunlaud sur pause
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

La saison de Kerrian Chunlaud est terminée et son rêve olympique est sur pause.

Victime d’une chute jeudi dernier lors d’une descente d’entraînement précédant la Coupe du monde de ski acrobatique de Tremblant, le bosseur de 28 ans s’est blessé au genou gauche. De retour à Québec, Chunlaud a reçu le cruel verdict après avoir subi une résonance magnétique.

Son ligament croisé antérieur est déchiré, son collatéral est étiré et son objectif de participer aux Jeux olympiques de Pékin s’est envolé en fumée. Il devra passer sous le bistouri dans les prochaines semaines.

«Dans l’ambulance me conduisant à la clinique après ma chute, j’ai vu défiler les quatre dernières années, a confié Chunlaud. C’est une situation difficile. Je ne cherche pas de raison, sinon je vais tourner en rond.»

«Dès que j’ai chuté, je savais que c’était une blessure sérieuse, de poursuivre Chunlaud. Quand tu entends le pop dans ton genou avec la douleur intense qui l’accompagne, tu sais que ton croisé antérieur ou ton ménisque ont été touchés. Ça me rappelle ma blessure de 2015 quand je m’étais blessé pendant un camp d’entraînement. En Australie, le ménisque, le collatéral et le croisé antérieur avaient toutefois été touchés. C’est moins sérieux cette fois-ci et j’ai recommencé à marcher dessus.»

Bonne position

Après des 17e, 15e et 11e positions lors des trois premières Coupes du monde avant les Fêtes, Chunlaud était en bonne position pour obtenir son billet pour Pékin et il entrevoyait l’arrêt à Tremblant avec enthousiasme. «Après la Coupe du monde de France, les entraîneurs m’avaient dit que je me retrouvais dans la liste des 15 hommes de ski acrobatique qui iraient aux Jeux. À Tremblant, je voulais confirmer ma place. L’idéal aurait été de faire un top-8.»

Avenir

Chunlaud se lancera-t-il dans un autre cycle olympique? «Je ne sais pas trop. Les entraîneurs m’ont parlé du mondial 2023 pour terminer ma carrière sur une bonne note, mais le sport va se terminer un jour et je ne veux pas être un père plate qui n’est pas capable de jouer au soccer avec ses enfants. Je veux me concentrer sur le moment présent. Avec le Dr Marquis et Jonathan [Pelletier-Ouellet], je suis entre bonnes mains pour retourner sur mes deux pattes.»

«Dans le sport de haut niveau, ça ne se joue pas seulement sur la piste et la politique joue aussi un rôle, d’ajouter Chunlaud. Il faudra voir si je vais conserver mon brevet. Je dois préparer mon genou pour l’opération qui devrait avoir lieu dans cinq ou six semaines quand l’enflure aura disparu et me concentrer sur la réhabilitation.»