/news/currentevents
Navigation

Une antivax veut faire témoigner 14 juges

L’avocate controversée se défend devant son syndic

Gloriane Blais
Photo tirée de Facebook, Gloriane Blais L’avocate controversée Gloriane Blais fait désormais l’objet de deux plaintes disciplinaires.

Coup d'oeil sur cet article

Une avocate qui défend ouvertement le mouvement antivaccin sur les réseaux sociaux souhaite que 14 juges témoignent durant son audition pour une plainte disciplinaire.

Le Bureau du syndic reproche à l’avocate controversée Gloria Blais d’avoir « manqué à son devoir de servir la justice et de soutenir l’autorité des tribunaux ». Une première plainte à ce sujet a été déposée en mai 2021. 

Me Blais a notamment remis en doute la partialité du juge Martin Bureau de la Cour supérieure. Ce dernier a rejeté en novembre 2020 la poursuite de 35 millions $ intentée par le client de l’avocate contre Investissement Québec. 

« Le juge de première instance démontre son incapacité intellectuelle et surtout émotionnelle », a critiqué l’avocate à l’époque. Gloriane Blais a même qualifié la décision du tribunal de « jugement frauduleux ».

Selon un nouveau document de la cour publié cette semaine, elle ira donc devant le Conseil de discipline au mois de mars prochain pour ses « actes dérogatoires ». 

Fait étonnant, elle demande à 14 juges, dont ceux à la Cour suprême du Canada, de témoigner à son audition.

Gloriane Blais a même exigé que son audition soit en présentiel avec tous les témoins. Toutefois, le Conseil de discipline a rejeté sa demande en raison de la crise sanitaire et procédera finalement à des audiences virtuelles. 

Autres scandales 

Membre du barreau depuis plus de 20 ans, l’avocate de Lac-Mégantic crée un tollé depuis le début de la pandémie. 

Gloriane Blais s’est forgé une triste réputation avec ​​ses opinions juridiques controversées sur la vaccination sur les réseaux sociaux et pour ses participations aux manifs contre les mesures sanitaires. 

Une deuxième plainte disciplinaire a aussi été déposée contre elle « pour manque de courtoisie, propos dérogatoires et manque d’objectivité et de modération ».