/news/provincial
Navigation

Villeneuve déplore que Mercier soit payé autant que lui

La question mènera probablement à un vote au prochain conseil

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Éric Ralph Mercier a été nommé chef de Québec 21, après l’élection du 7 novembre. Comme leader du deuxième groupe d’opposition, il pourrait bénéficier d’une hausse salariale de 40 000 $, ce que conteste le chef de l’opposition officielle, Claude Villeneuve.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de ville, Claude Villeneuve, estime que le chef du second groupe d’opposition, Éric Ralph Mercier, ne devrait pas gagner autant que lui. Un vote très serré est attendu sur la question, lundi.

• À lire aussi: Bientôt un nouveau nom pour Équipe Marie-Josée Savard

• À lire aussi: Marchand nie vouloir «emmerder» les autos

« On pense qu’il y aurait eu lieu d’avoir une modulation entre le chef de l’opposition officielle et le chef de la deuxième opposition », affirme Claude Villeneuve, chef d’Équipe Marie-Josée Savard et de l’opposition officielle.

Claude Villeneuve, chef de l’opposition officielle
Photo d'archives, Stevens LeBlanc
Claude Villeneuve, chef de l’opposition officielle

Il donne l’exemple de l’Assemblée nationale. « C’est pas vrai que tous les chefs représentés à l’Assemblée font le même salaire », souligne-t-il, tout en se disant d’accord avec un « ajustement salarial » moindre pour Éric Ralph Mercier, chef de Québec 21, deuxième groupe d’opposition.

Il lance une pointe à son opposant. « Éric Mercier, il a voté contre le budget parce qu’il le trouvait un peu trop dépensier. Il faudrait un meilleur signal. »

M. Villeneuve trouve « embarrassant » d’avoir à discuter de cette question, mais il ne voit pas l’urgence d’adopter ce sommaire dès maintenant.

C’est pourquoi il demande à l’administration Marchand de surseoir à l’adoption de ce sommaire décisionnel, le temps d’avoir « une discussion ». 

Du côté du maire Bruno Marchand, on a confirmé que le sommaire sera discuté – et possiblement voté – au conseil municipal de lundi. 

Situation inédite 

Le 24 décembre dernier, Le Journal révélait que le comité exécutif venait d’adopter une résolution prévoyant une hausse salariale annuelle de 40 000 $ pour Éric Ralph Mercier.

Son salaire annuel passait ainsi à 105 461 $, soit la somme exacte que celle gagnée par Claude Villeneuve.  

Ce « cadeau de Noël » est une des conséquences du scrutin du 7 novembre qui a vu trois partis politiques – Québec Forte et Fière, Équipe Marie-Josée Savard et Québec 21 – obtenir plus de 20 % des voix.

La municipalité se trouvait alors dans une situation complètement inédite : un maire minoritaire et deux cabinets d’opposition. 

Mercier répond en deux temps 

Interrogé mercredi au sujet de cette hausse salariale, M. Mercier a assuré, dans un premier temps, que son parti n’a rien demandé et que le comité exécutif ne fait qu’appliquer la loi.

« Ça ne vient pas de moi. Le maire Marchand se conforme à la loi. S’il y a des objections de la part de l’opposition officielle, gré à eux », a-t-il laissé tomber. Ce dernier s’est même étonné de constater « qu’il [soit] plus important [pour Claude Villeneuve] de parler du salaire du chef de la deuxième opposition que des coûts supplémentaires du tramway. 40 000 $ par rapport à 600 millions $, il y a d’autres enjeux à la Ville de Québec que de s’attarder au salaire du chef de la deuxième opposition. » 

Hier, M. Mercier a toutefois nuancé ses propos. « On n’a rien demandé au niveau du salaire. Mais on a demandé que la loi soit appliquée », a-t-il fini par préciser.  

Le possible vote de lundi pourrait être très serré  

Taïeb Moalla et Stéphanie Martin

La hausse salariale de 40 000 $ pour le chef de Québec 21, Éric Ralph Mercier, risque fort de conduire au tout premier vote extrêmement serré pour l’administration Marchand lors du conseil municipal de lundi. 

C’est ce qu’on peut constater en examinant attentivement les forces en présence dans ce conseil minoritaire issu du scrutin du 7 novembre.  

Logiquement, les huit membres permanents du comité exécutif (le maire Marchand, les six conseillers de Québec Forte et Fière et le conseiller indépendant Steeve Verret) vont approuver la résolution qu’ils ont eux-mêmes adoptée.

Sauf surprise, les trois conseillers municipaux de Québec 21 voteront également en faveur du document. 

De l’autre côté, les neuf conseillers d’Équipe Savard ont de bonnes chances de suivre leur chef Villeneuve qui s’est montré très réticent à cette hausse. 

« Pas pour s’enrichir »

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, a confirmé au Journal qu’elle votera contre. « Je comprends que pour Éric Ralph Mercier et Québec 21, ça peut être prestigieux de gagner beaucoup d’argent, mais nous ne sommes pas en politique pour s’enrichir », a-t-elle attaqué. 

De son côté, Stevens Mélançon, conseiller indépendant élu sous la bannière de Québec 21 il y a deux mois, est ambivalent.

Il trouve « questionnant » que les chefs de la première et deuxième opposition gagnent le même salaire, mais souligne qu’il n’a jamais voté contre un sommaire décisionnel qui traitait de questions salariales. 

Il n’est donc pas exclu que le résultat du vote soit parfaitement égal à 11 élus contre 11.

Dans ce cas de figure, les règlements de la Ville prévoient que le sommaire décisionnel soit rejeté.

Salaires annuels des principaux élus municipaux de la Ville en 2021*

■ Le maire, Bruno Marchand : 164 610 $

■ Les deux vice-présidents du comité exécutif, Pierre-luc Lachance et Marie-josée Asselin : 123 660 $

■ Le chef de l’opposition Claude Villeneuve : 105 461 $

■ Les présidents d’arrondissement : 105 461 $

■ La présidente du Réseau de transport de la Capitale, Maude Mercier Larouche : 105 461 $

■ Éric Ralph Mercier, chef de Québec 21 : possible décision ce lundi

*Les chiffres de 2022 ne seront connus qu’à la fin janvier, mais la hausse salariale tournera autour de 2% . Les différents chiffres du tableau n’incluent pas l’allocation de dépenses annuelle de 17 401 $ pour chaque élu ainsi qu’une majoration imposable comprise entre 8517 $ et 4736 $ par élu et par année.

À voir aussi