/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: autant de morts qu’aux États-Unis malgré des règles bien plus strictes

Le Québec est près du taux de décès des Américains depuis une semaine

Coup d'oeil sur cet article

Malgré des mesures parmi les plus restrictives du continent pour combattre le variant Omicron, le Québec affiche un taux de décès s’approchant depuis une semaine de celui des États-Unis qui en font peu pour limiter la propagation.

• À lire aussi: La vaccination obligatoire des camionneurs perturbera la chaîne de distribution

• À lire aussi: Bientôt des tests rapides pour d’autres maladies?

• À lire aussi: COVID-19: 96 décès de plus au Québec

La semaine dernière, le Québec a enregistré deux fois plus de nouveaux décès par million d’habitants (4,6) que la moyenne canadienne (2,3), selon des données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Lors de la même période, il a enregistré de moins bons chiffres que de nombreux pays occidentaux, arrivant tout juste derrière les États-Unis, qui ont répertorié un taux de nouveaux décès de cinq pour un million d’habitants.

Le virologue et professeur à l’UQAM Benoit Barbeau ne cache pas sa surprise face à ses données.

« C’est d’autant plus choquant que nos taux de vaccination sont supérieurs à celui des États-Unis », dit-il.

S’il souligne que la fenêtre est plutôt étroite pour établir une telle comparaison, il remarque toutefois que la courbe des cas chez nos voisins du sud semble suivre la nôtre en atteignant un certain pic actuellement.

Du côté de l’épidémiologiste Benoît Mâsse, les raisons pour lesquelles le Québec continue à afficher un taux de décès aussi élevé ne sont pas encore claires.

« Si on se compare à d’autres provinces, l’excuse, ça a toujours été : nous, on compte tous nos décès et les autres, non. J’ai de la difficulté à croire qu’on a une comptabilité des décès qui soit si différente que le reste de la planète. »

« Forcément, on a un système sous pression, donc on n’a peut-être pas la meilleure qualité des soins et moins d’options pour traiter les gens », avance-t-il.

Mesures efficaces ?

Selon M. Barbeau, ces chiffres ne doivent pas pour autant nous signifier que les mesures sévères imposées par le gouvernement du Québec ont été inefficaces.

« Les mesures sont peut-être arrivées un peu trop tard, dit-il. Lorsque vous ne connaissez pas ce qui s’en vient dans les semaines, mieux vaut être plus préventif », ajoute-t-il.

Cependant, M. Barbeau observe que de faire un certain « copier-coller » des mesures prises en janvier 2021 pour contrer Omicron n’était peut-être pas nécessaire. « On aurait peut-être pu faire des choix un peu plus adaptés. Le couvre-feu, je ne suis pas sûr que c’était une mesure nécessaire. »

Tests rapides

Pour Christian Jacob, président de l’Association des microbiologistes du Québec (AMQ), le gouvernement a carrément manqué le bateau des tests rapides, ce qui aurait permis à sa population de mieux contrôler les éclosions, selon lui.

« On est arrivé en arrière de la vague complètement [avec les tests rapides]. J’ai l’impression qu’ils se sont retrouvés à devoir agir avec des actions imparfaites », ajoute-t-il, en pointant du doigt notamment le controversé couvre-feu. 

La situation aux États-Unis       

  • Avec des mesures souvent très légères, voire inexistantes, les États-Unis ont présenté un taux de décès par million d’habitants analogue au Québec (4,6) la semaine dernière, avec 5.    
  • Par rapport à la semaine précédente, nos voisins du sud ont connu une hausse de près de 37 % du nombre de décès liés au virus lors des sept derniers jours, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.   
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.