/misc
Navigation

François Legault a perdu son paratonnerre

coronavirus Legault Arruda
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le départ du Dr Horacio Arruda est arrivé plus vite que prévu, mais ce n’est pas une surprise.

On sentait que la relation entre François Legault, Christian Dubé et Horacio Arruda n’était pas au beau fixe depuis quelques semaines.

Également, on a vu que certaines décisions de la Santé publique étaient remises en question par des responsables de la Santé publique dans quelques régions.

Que les chroniqueurs te critiquent, c’est une chose, mais ça fait encore plus mal quand ce sont tes pairs.

Moins coloré

Mardi, M. Legault nous a présenté le Dr Luc Boileau, qui est maintenant le directeur par intérim de santé publique. Il est beaucoup moins flamboyant que M. Arruda.

Que ce soit M. Boileau ou une autre personne qui dirige la Santé publique de façon permanente, cette personne ne va pas marquer l’imaginaire des Québécois comme l’a fait M. Arruda.

Le gouvernement prendra désormais toute la place dans la gestion de la crise. De toute façon, c’est lui qui prend les décisions, comme aime le rappeler le premier ministre.

Ainsi, la CAQ aura toute la pression sur ses épaules en pleine année électorale. 

Les stratèges autour de François Legault auraient préféré mettre de l’avant d’autres sujets que la pandémie avant l’élection. Cependant, il est maintenant clair que la COVID-19 va attirer l’attention pour au moins la première moitié de 2022. 

Rependre les devants

Après les premiers mois de la pandémie, M. Legault a donné un grand coup de barre en changeant de ministre de la Santé. 

L’effet recherché avec le départ de M. Arruda est le même. Cependant, à neuf mois des élections, ce changement arrive trop tôt. 

Après un début d’année extrêmement difficile, la CAQ doit revenir en avant de la parade rapidement.

Car M. Legault n’a pas beaucoup d’options devant lui pour brasser à nouveau la soupe pandémique avant le vote.