/news/provincial
Navigation

Marchand réagit aux critiques du nickel

Il a été accusé de manquer de leadership, entre autres

Bruno Marchand le maire de la ville de Québec
Photo Stevens LeBlanc Bruno Marchand le maire de la ville de Québec

Coup d'oeil sur cet article

Critiqué dans le dossier du nickel, le maire Bruno Marchand se défend en affirmant prendre le temps de se baser « sur la science et sur les faits » et envisage de reproduire cette méthode dans d’autres dossiers, comme celui du tramway. 

• À lire aussi: Normes sur le nickel: Villeneuve accuse Marchand de vouloir épargner le gouvernement

« On est amplement dans les temps et je trouve que c’est une excellente façon de faire. On va le faire pour le tramway et pour d’autres objets », a commenté le maire de Québec, qui a été questionné sur le dossier lors de sa visite d’un château de neige à Beauport dimanche.

En tardant à se positionner sur la hausse du nickel, M. Marchand a été accusé de protéger sa relation avec le gouvernement provincial par le chef de l’opposition, Claude Villeneuve, vendredi dernier.

Un comité plénier se tiendra le 7 février prochain afin que les élus puissent prendre une position « éclairée » face à la hausse de la norme du nickel.

Des acteurs de plusieurs milieux, dont celui de la santé, seront alors présents pour exposer les faits aux élus. 

Plus d’information

Devant l’enjeu de la qualité de l’air qui dure depuis près de 10 ans dans Limoilou, Jackie Smith, conseillère de ce district, croit à de « l’aveuglement volontaire », a-t-elle indiqué en entrevue au Journal samedi. 

Malgré cela, avant de se positionner, M. Marchand estime que le dossier mérite d’être approfondi davantage.

« Il y a déjà des gens qui sont convaincus de cette situation-là et qui connaissent bien le dossier. Ce n’est pas le cas de tout le monde », indique-t-il.

À l’arrivée de Québec Forte et Fière à l’hôtel de ville, des élus lui ont partagé leur souhait de prendre du temps en plénier pour « se faire une tête sur la science et sur les faits » dans différents dossiers.

Le maire estime que pour enrichir le débat, il faut commencer avec « le partage de dialogue et l’accès à l’information ». 

« On est tous préoccupés par la qualité de l’air dans Limoilou. Maintenant, comme on a un peu de temps devant nous, pourquoi ne pas faire les choses en bonne et due forme ? » insiste M. Marchand.

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.