/finance/pme
Navigation

Un divorce secoue une société phare d’ici

Le PDG de Transcontinental et la présidente de son conseil d’administration étaient mariés depuis 1996

Ritz Carlton
Photos d'archives La présidente de Transcontinental, Isabelle Marcoux, a fait l’acquisition d’un condo dans l’édifice luxueux des Résidences Ritz Carlton, à Montréal. En mortaise, Isabelle Marcoux et François Olivier en novembre 2013.

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-PDG de Transcontinental, François Olivier, était en processus de divorce avec la présidente du conseil d’administration de l’entreprise d’impression et d’emballage, Isabelle Marcoux, lorsqu’il a annoncé son départ à la retraite, en septembre, a appris Le Journal.

• À lire aussi: S'adapter aux différentes épreuves

• À lire aussi: 10 ans après leur séparation, Arnold Schwarzenegger et Maria Shriver sont officiellement divorcés

• À lire aussi: Un divorce à plus de 930 M$ pour le souverain de Dubaï

Les deux époux «sont actuellement en processus de divorce» et «vivent séparés [...] depuis le 1er août 2021», peut-on lire dans l’acte de vente d’un penthouse situé dans les Résidences Ritz Carlton de Montréal, acquis par Mme Marcoux en septembre pour 8,5 millions $.

Lors de l’annonce du départ à la retraite de François Olivier, le 24 septembre, Transcontinental n’a fait aucune mention du divorce. M. Olivier a quitté son poste le 9 décembre après 28 ans au sein de l’entreprise, dont 13 ans comme PDG. 

Le dirigeant est marié à Isabelle Marcoux depuis 1996.

Quand Le Journal lui a demandé, cette semaine, si le départ de François Olivier était lié au divorce, le vice-président aux communications de Transcontinental, François Taschereau, a fait savoir que l’entreprise ne répondait pas «à des questions sur la vie privée».

« Je ne veux pas me mêler de ça »

Le fondateur et actionnaire de contrôle de Transcontinental, Rémi Marcoux, qui est le père de Mme Marcoux, n’a pas voulu commenter la situation lorsque Le Journal l’a joint. «Je ne veux pas me mêler de ça», a-t-il tranché. 

Isabelle Marcoux n’a pas donné suite à nos messages.

Il est extrêmement rare que les titulaires des deux plus importants postes d’une entreprise soient mariés, relève Richard Leblanc, professeur de gouvernance à l’Université York de Toronto. 

«Dans une entreprise familiale, un divorce peut avoir pour effet d’endommager des relations professionnelles de façon irréparable», affirme-t-il.

Comme le mariage de Mme Marcoux et de M. Olivier était de notoriété publique, les investisseurs étaient au courant des conséquences potentielles d’un divorce pour Transcontinental, note Michel Magnan, titulaire de la Chaire en gouvernance Jarislowsky de l’Université Concordia.

«L’information est là. L’investisseur en tient compte et évalue le risque en conséquence», explique-t-il, en précisant qu’une telle proximité au sommet d’une entreprise peut représenter un «atout» dans certaines circonstances.

Pas d’obligation réglementaire

Fait intéressant, rien n’oblige les entreprises cotées en Bourse à dévoiler la raison du départ d’un haut dirigeant.

«Transcontinental a divulgué que le PDG partait, ça, c’était un changement important. Pour ce qui est des raisons sous-jacentes du départ, vous verrez rarement des entreprises en dire beaucoup là-dessus», dit M. Magnan.

«L’émetteur (Transcontinental) a pris la position que la relation personnelle de ses dirigeants, qui était connue du public, n’est pas un fait important. L’Autorité n’a pas à se substituer au jugement de l’émetteur et à la décision qu’il a prise», atteste Sylvain Théberge, porte-parole de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

C’est Peter Brues, membre du conseil de Transcontinental depuis 2018, qui a succédé à François Olivier. En annonçant cette nomination en même temps que le départ de M. Olivier, l’entreprise a prouvé qu’elle avait un bon plan de succession en place, soulignent MM. Magnan et Leblanc.

«Le conseil avait fait son travail, parce qu’il a été capable de mettre en place rapidement une relève», estime Michel Magnan.   

Transcontinental en quelques dates  

  • 1976 – Fondation de l’entreprise par Rémi Marcoux, Claude Dubois et André Kingsley 
  • 1979 – Acquisition du journal Les Affaires 
  • 1984 – Entrée à la Bourse de Montréal 
  • 2008 – François Olivier devient PDG 
  • 2012 – Isabelle Marcoux devient présidente du conseil  

Quelques divorces célèbres dans le monde des affaires  

  • 2021 – Bill Gates et Melinda French Gates (MICROSOFT) 
  • 2019 – Jeff Bezos et MacKenzie Scott (AMAZON) 
  • 2010 – Steve Wynn et Elaine Farrell Wynn (Mirage Resorts and Wynn Resorts) 

À VOIR AUSSI...