/opinion/faitesladifference
Navigation

Une rentrée en toute sécurité pour le bien de nos enfants

Jean-François Roberge
Photo d'Archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Comme père, ancien enseignant et ministre de l’Éducation, je suis très heureux que nous puissions procéder, dès lundi matin, à une rentrée scolaire en personne dans toutes les écoles du Québec. Pour plusieurs, cette nouvelle est un soulagement. Pour d’autres, des questionnements subsistent et c’est tout à fait normal. Je peux cependant vous assurer qu’avec les experts de la santé publique et des centres de services scolaires, nous n’avons négligé aucun détail pour offrir une rentrée sécuritaire à nos élèves et au personnel.  

Vous le savez, nous sommes convaincus que l’éducation est un besoin essentiel pour nos enfants. L’éducation est une priorité de notre gouvernement. Le report de la rentrée scolaire en présence en début d’année a été une décision crève-cœur. Dans ces conditions, les apprentissages, la socialisation et l’aide alimentaire sont moins au rendez-vous, tandis que les effets négatifs sur la santé mentale de nos jeunes sont davantage présents. Nous convenons donc tous que l’enseignement à distance est une solution de rechange qui ne peut durer. 

Comme c’est le cas dans la société en général, malgré les différentes mesures mises en place, il serait illusoire de croire qu’il n’y aura aucun cas chez les élèves ou le personnel dans le cadre d’une rentrée en présentiel. Reconnaître cette évidence ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras devant le virus, au contraire. Voici donc les différentes mesures que nous avons mises en place pour offrir à nos élèves une rentrée en classe sécuritaire, qui leur permettra de poursuivre leur progression scolaire, tout en étant en mesure de côtoyer, en vrai, leurs amis. 

Nous distribuerons 7,2 millions d’autotests dans les écoles primaires du Québec. Davantage de masques d’intervention sont mis à la disposition du personnel et des élèves. Les centres de services scolaires et les commissions scolaires maintiennent une vigilance élevée en matière de qualité de l’air dans les classes et font les travaux qui s’imposent. Les lecteurs de CO2 que nous installons, une première au Canada, sont des outils qui s’ajoutent à un ensemble de mesures et ils nous permettent d’intervenir rapidement, au besoin. 

Nous sommes très fiers d’être un des endroits dans le monde où les élèves ont perdu le moins de jours de classe depuis le début de la pandémie et nous mettons aujourd’hui en place les moyens nécessaires pour poursuivre dans cette voie. À moyen et long terme, le Québec se démarquera et nous aurons réussi collectivement à nous donner tous les outils nécessaires pour mieux protéger la santé mentale et la réussite éducative de nos élèves. 

Je tiens à remercier le personnel scolaire qui prête main-forte aux autorités de santé publique dans cette lutte contre la COVID-19 et qui fait preuve, une fois de plus, de résilience et de professionnalisme. Tout le réseau est à pied d’œuvre pour que cette rentrée se fasse dans les meilleures conditions possible. Nous savons tous que la place des élèves est à l’école. Cependant, nous devons reconnaître que les défis de cette rentrée sont grands et nous attendre à ce que tout ne soit pas parfait au cours des prochaines semaines. J’invite donc les parents à être indulgents et compréhensifs, compte tenu de ces circonstances exceptionnelles. 

Je peux très bien comprendre que des craintes subsistent chez certains. Nous sommes toutefois convaincus que grâce à la science ainsi qu’à l’implication de ceux qui travaillent dans nos écoles et de l’ensemble des spécialistes qui collaborent avec nous, nous avons mis en place toutes les mesures nécessaires pour offrir à nos jeunes des endroits sécuritaires qui leur permettront d’apprendre, de socialiser et de se développer. 

Bonne rentrée! 

Jean-François Roberge, Ministre de l’Éducation