/opinion/columnists
Navigation

Incohérent, le passeport vaccinal?

Conférence COVID-19
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Après les restaurants et gymnases, le passeport vaccinal sera exigé dans les commerces à grande surface pour les clients. Pendant ce temps, les employés de tous ces endroits échappent au contrôle de vaccination.

Alors qu’on demande aux clients de montrer patte blanche, il se peut que la personne qui scanne les passeports vaccinaux, qui effectue le service aux tables ou agit comme instructeur au gym ne soit pas vaccinée.  

Avec le variant Omicron, plus contagieux, cette incohérence n’est pas banale. Vaudrait-il mieux imposer le passeport vaccinal à ces employés ? On rendrait ainsi les lieux plus sécuritaires, avec le potentiel d’éviter de nouvelles fermetures. 

Restreindre l’accès 

Pour les employeurs, l’idée de contraindre les salariés à se faire vacciner pose de nombreux enjeux, explique Me Geneviève Beaudin, avocate spécialisée en droit du travail.  

Contrairement au fédéral, qui impose la vaccination à ses employés et qui a annoncé un projet de loi pour faire de même dans des entreprises privées sous sa juridiction, le gouvernement du Québec a décidé de ne pas agir.  

Or les entreprises portent deux chapeaux, soulève l’avocate : l’un où elles sont guidées par des décrets par rapport au passeport vaccinal, et l’autre où il faut exercer un droit de gestion de manière raisonnable. Cela suppose d’assurer la santé et sécurité des travailleurs, en tenant compte des droits et libertés.  

Marcher sur des œufs 

Dans le contexte, les employeurs marchent sur des œufs, mais peuvent adopter certaines mesures en tenant des critères propres au milieu de travail, précise Me Beaudin. Ils pourraient, par exemple, restreindre l’accès au bureau, modifier les tâches, ou exiger une plus grande distanciation pour les non-vaccinés.  

Les salariés ont eux aussi des obligations et doivent prendre des mesures pour protéger leur sécurité et celle de leurs collègues. Comme l’a statué un arbitre en 2008, la charte québécoise des droits et libertés n’est pas un contrat d’assurance tous risques. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.