/news/education
Navigation

«C’est une grosse erreur»: le retour en classe loin de faire l'unanimité

Plusieurs parents et professeurs auraient souhaité reporter le retour à l’école de quelques semaines

Apprehension retour école
Photo courtoisie Adam Allouba craint pour la santé de ses enfants, Leila et Damien. Il est inquiet pour leur santé si sa fille retourne à l’école aujourd’hui.

Coup d'oeil sur cet article

Le retour en classe aujourd’hui est une incohérence vis-à-vis de la situation sanitaire actuelle, d’après de nombreux parents, dont certains garderont leur enfant à la maison, alors que des profs ont l’impression d’être jetés dans la gueule du loup.  

• À lire aussi: Retour en classe lundi: «On ne sait pas à quoi s’attendre»

• À lire aussi: Des écoles annoncent déjà leur fermeture lundi

• À lire aussi: Quelles sont les consignes sanitaires en vigueur pour le retour à l'école?

• À lire aussi: La météo gâche le retour en classe

« On a vu le gouvernement fermer les écoles avant les Fêtes avec des chiffres moins inquiétants qu’en ce moment. Qu’est-ce qui a changé ? C’est aberrant ! » déplore Adam Allouba, père de deux enfants. 

Le gouvernement a fermé les établissements scolaires de façon hâtive, le 21 décembre, alors qu’on déplorait 30 morts en sept jours et 445 hospitalisations actives.

Hier, 3300 personnes étaient hospitalisées, dont 282 aux soins intensifs, deux tristes records depuis le début de la pandémie, tandis que 370 personnes ont perdu la vie dans la dernière semaine.

Comme des milliers d’autres élèves, la plus vieille de M. Allouba doit pourtant recommencer l’école en présentiel dès aujourd’hui, à Montréal, mais il hésite à l’y envoyer.

Il rappelle que la vaccination des enfants de 5 à 11 ans est encore faible – à peine 60 % ont reçu une seule dose – et craint une nouvelle explosion de cas dans les écoles.  

« C’est une décision déchirante. De rater une semaine ou deux d’école, c’est une chose, mais les conséquences de la COVID-19 peuvent s’étirer sur des années », souligne-t-il.  

Une erreur ?  

Si certains parents attendaient ce retour en classe avec impatience, pour le bien de l’éducation de leur enfant et pour faciliter la conciliation avec leur travail, nombre d’entre eux partagent les craintes de M. Allouba. 

Le Journal a reçu une avalanche de réactions en ce sens dans les dernières 24 heures (voir plus bas).  

« Je pense que c’est une grosse erreur, on n’est pas prêt. On devrait se donner encore quelques semaines », estime Marie St-Laurent, de Montréal, qui gardera ses deux enfants d’âge primaire à la maison quelques jours, le temps d’évaluer la situation.  

« Qu’est-ce qu’on a à y gagner ? Les enfants vont attraper le virus et revenir à la maison. Ils seront pénalisés [académiquement] et ça risque de faire sauter les hôpitaux », croit-elle. 

« À la guerre sans arme »  

Les réactions sont ambiguës du côté du corps enseignant. D’une part, on se dit heureux de pouvoir enfin revoir les élèves et d’enseigner devant des humains. De l’autre, on craint que le chaos s’installe rapidement.  

Geneviève Savage, enseignante en maternelle, dénonce l’incohérence de la situation, alors que le gouvernement annonçait que le week-end passé serait le pire depuis le début de la pandémie.  

Son propre fils passera la semaine à la maison, chez son ex-conjoint, « le temps que ça se calme ».  

« On a l’impression d’être envoyé à la guerre sans arme. La plupart de mes collègues sont un peu sous le choc », soupire-t-elle.  


CE QUI CHANGE AUJOURD’HUI  

  • Retour en classe au préscolaire, au primaire et au secondaire   
  • Retour en classe possible au collégial et à l’université    
  • Fin du couvre-feu    
  • Fin de la fermeture des commerces le dimanche    
  • Ouverture de la troisième dose aux 18 ans et plus       

Des mamans préoccupées   

« On aurait dû donner le choix aux familles de poursuivre en virtuel ou en présentiel. Je crains que d’ici deux semaines cette décision engorge davantage nos hôpitaux qui sont déjà ultrafragilisés. » 

– Ann Déry

« Je suis personnellement très inquiète. Le Québec est au plus mal depuis le début de la pandémie... Avons-nous le droit de garder nos enfants à la maison pour les protéger ? » 

– Marie-Claude Ouellet

« Je ne suis pas vraiment à l’aise de laisser mon fils retourner à l’école [...] pour moi, c’est un risque inutile, surtout que tout a été mis en place pour l’école à la maison. » 

– Nathalie Caron

« Des parents qui sont mal pris [n’auront] d’autre choix que d’envoyer leurs enfants malades à l’école. J’ai un coco immunosupprimé, le retour en classe me terrorise. » 

– Karine Lafrenière

« Le plan de retour en classe semble avoir été décidé sur un coin de table. Je ne dis pas de fermer les écoles jusqu’à la fin de la vague, mais pouvons-nous être prudents ? » 

– Fran Morency

« Le retour en classe pour nous est une situation très angoissante et inconcevable. En tant que parent, rien ne devrait être plus prioritaire que la santé de nos enfants. »

– Sandra Sansregret

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.