/misc
Navigation

Breivik: pas de pitié pour le tueur de masse

Anders Breivik
Photo AFP Anders Breivik

Coup d'oeil sur cet article

Anders Breivik, le meurtrier de masse d'extrême droite demande sa libération conditionnelle à un tribunal norvégien. Il a purgé 10 ans de sa peine de 21 ans de prison pour avoir tué 77 personnes, dont une majorité d’adolescents, dans un double attentat à la bombe et à l’arme à feu en 2011.

Pour des raisons de sécurité, le tribunal siège dans le gymnase de la prison où Breivik est incarcéré. Il est entré dans la salle en faisant un salut nazi et en brandissant une pancarte avec un message suprémaciste blanc.

Breivik, 42 ans, n'a montré aucun remords et personne ne devrait s'attendre à des repentirs de sa part. Lors de son procès en 2012, il a dit à des parents en deuil qu'il aurait aimé tuer plus de monde. Les familles des victimes et des survivants affirment – avec raison – que sa démarche actuelle ne vise qu’à lui permettre de propager publiquement ses convictions racistes.

Il est certain qu’il n’aura pas de libération anticipée. Sa condamnation en 2012 à la peine maximale de 21 ans contient une clause qui permet sa détention perpétuelle. Mais cette clause ouvre aussi la possibilité qu’il puisse exiger des audiences annuelles de libération conditionnelle.

J’espère que le tribunal va ordonner le huis clos afin de ne pas lui donner une plate-forme de propagande. En prison, il a tenté de lancer un parti fasciste en contactant par courrier des extrémistes de droite en Europe et aux États-Unis.

Je trouve scandaleux que la Norvège traite Breivik avec magnamité. Il a trois cellules pour lui tout seul. Elles sont équipées de consoles de jeux vidéo, d'une télévision, d'un lecteur DVD et d'appareils de musculation. Il a accès aux journaux, et à un traitement de texte. Durant son incarcération, il a obtenu son diplôme d’études secondaires et il étudie maintenant au niveau universitaire.

Qu’ils soient Norvégiens, Américains, Australiens ou Québécois, les tueurs de masse d’extrême droite ont des caractéristiques communes. Il s’agit, la plupart du temps, de jeunes hommes blancs en détresse psychologique causée par l’effritement des valeurs traditionnelles et les bouleversements sociodémographiques des sociétés dans lesquelles ils vivent. 

Breivik dénonce la culture «en décomposition» du monde blanc, européen et occidental. Des idées qui ont inspiré Timothy McVeigh, l'homme derrière l’attentat d'Oklahoma City de 1995 qui a tué 168 personnes et en a blessé plus de 680. L'acte de terrorisme le plus meurtrier de l'histoire des États-Unis jusqu'aux attentats du 11 septembre 2001.

Aux États-Unis, on estime qu’au minimum 60% des tueurs de masse ont des problèmes mentaux. Des types frustrés, paranoïaques, rancuniers et narcissiques. 

La menace terroriste des suprémacistes blancs est tout aussi à craindre que celles des djihadistes. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.