/news/coronavirus
Navigation

Incursion dans l’unité COVID de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe de TVA Nouvelles a eu un accès privilégié à la zone chaude, où l'on soigne les patients atteints de la COVID-19, de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec.

• À lire aussi: COVID-19: le Québec déplore 88 décès, les hospitalisations se stabilisent

• À lire aussi: Les hôpitaux face à des choix difficiles: ils doivent libérer 600 lits supplémentaires

Mardi, on y traitait le plus grand nombre de patients COVID depuis le début de la pandémie, à raison de 150 personnes hospitalisées, dont 16 aux soins intensifs.

Le Dr Jean-François Shields, intensiviste et urgentologue au CHU de Québec, a expliqué que la durée de séjour pour les patients sous assistance respiratoire était de 10 à 15 jours.

«Les gens souvent rentrent à l’hôpital, ça prend 24 à 48 heures à ce qu’ils compliquent de la COVID, qu’ils nécessitent plus d’oxygène, puis qu’on finisse par les admettre aux soins intensifs», a précisé le médecin.

Le Dr Shields a souligné qu’il était de plus en plus inquiet de ne plus être en mesure de traiter tous les patients et de devoir mettre en place un protocole de priorisation.

«Un protocole de priorisation, c’est simple. C’est vous et votre conjointe qui vous présentez à l’urgence atteints de la COVID. On a un lit de disponible. Qui on met en soins palliatifs? Qui a accès aux lits de soins intensifs? C’est ça que ça veut dire, un protocole de priorisation», a-t-il expliqué.

Les gens admis aux soins intensifs en zone chaude sont d’ailleurs plus jeunes que ceux des vagues précédentes. Ils ont en moyenne entre 40 et 50 ans.

«Ce qu’on remarque beaucoup, c’est que la clientèle qui est non vaccinée aux soins intensifs est surreprésentée et hautement malade, a affirmé le Dr Shields. C’est à peu près le trois quarts des gens qui sont aux soins intensifs qui ne sont pas vaccinés.»

  • Écoutez l'entrevue de Benoît Dutrizac avec Alain Laforest sur QUB radio: 

Selon lui, des gens très jeunes, sans comorbidité, sont décédés. D’autres ont survécu, mais ils restent avec d’importantes séquelles sur le plan fonctionnel.

La réadaptation qui s’ensuit peut être pénible.

«Quand on les retire du respirateur, ils ne recommencent pas leur vie normale 15 jours après, là. La plupart des gens, un an après, ils ne sont pas retournés au travail. Ce n’est pas juste une grippe. Ce n’est pas juste un rhume», a insisté le Dr Shields.

«Une minorité de la population semble dire “bien non, la vaccination, c’est pas pour moi”, mais ça fâche, ça tanne, puis ça écœure», a déploré le médecin.

Devant la réouverture des écoles, et voyant que les hôpitaux sont de plus en plus au bout du rouleau, les spécialistes sont inquiets.

«Est-ce que ça va amener une recrudescence de cas si la circulation augmente?» s’est demandé le Dr Shields.

– Avec les informations d'Alain Laforest, TVA Nouvelles

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.